Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - rentrée scolaire

Fil des billets

Collège Confluences pollué : enquête en cours en pleine rentrée scolaire

La question d'Ivry-ma-Ville du mois de septembre était posée par le groupe Alternative pour Ivry : « La situation du nouveau collège, positionné sur un ancien site pollué installation classée et ne pouvant ouvrir à la rentrée pour cause de pollution au mercure, est-elle compréhensible et acceptable ? ». Pour le groupe Front de Gauche, Méhadée Bernard a répondu sur ce point avant d'évoquer les conditions de la rentrée scolaire et les difficultés persistantes.

La réalité du territoire d’Ivry, notamment Ivry-Port, se comprend au regard de son passé industriel. Il a subi, comme de nombreuses communes de région parisienne, la présence d’industries polluantes que la Ville de Paris et les beaux quartiers de l’ouest ne voulaient pas héberger. De nombreux terrains sont pollués, à des degrés divers, au vu des normes aujourd’hui heureusement bien plus strictes.

Faudrait-il donc cesser toute construction ? Ou bien utiliser les savoirs faires et technologies nouvelles pour garantir une dépollution efficace et sûre ? Nous préférons cette seconde option, pour répondre aux besoins des habitants en veillant sans cesse aux conditions de sécurité ! 

Un ensemble de mesures de dépollution a  été pris. Au vue des résultats, la construction du collège a été autorisée par la Préfecture et l’Agence Régional de Santé. C’est durant la phase de travaux que des problèmes sont survenus. Alors, évidemment, cette pollution n’est pas acceptable ni compréhensible. C’est pourquoi  l’enquête en cours, initiée par la Sadev pour le compte du Conseil Départemental, devra statuer sur les responsabilités de chacun. Les opérations de dépollution nécessaires vont être effectuées pour que le collège puisse ouvrir en toute sécurité en 2016.

A propos

Septembre, c’est la rentrée des classes. Et avec elle son cortège de questions sur la situation des écoles d’Ivry, vu la crise du système éducatif.

Lire la suite...

 

Pour une rentrée des classes digne de ce nom !

Lors du Conseil Municipal du 20 septembre, Romain Marchand est intervenu concernant la rentrée scolaire à Ivry, et en particulier la situation inacceptable de l'école Joliot-Curie :

Je me permets de dire quelques mots sur Joliot-Curie au nom du groupe des élus Communistes et Partenaires et aussi parce que je suis élu au Conseil d’école de Joliot-Curie et, à ce titre, j’ai suivi d’un petit peu plus près cette bataille. C’est une bataille menée par les enseignants et les parents d’élèves du groupe scolaire, le Joliot A et le Joliot B, évidemment soutenue par le Maire et la municipalité, et justifiée à notre sens pour la raison suivante : les seuils d’ouverture sont dépassés si l’on compte les enfants de CLIN dans les effectifs de l’école. Et c’est bien là-dessus que porte le nœud du débat et ce à quoi Sandrine Bernard faisait référence en disant que l’on avait obtenu des garanties pour l’année prochaine si les effectifs pris en compte par l’Éducation nationale étaient dépassés, et c’est bien sur cette notion d’effectifs pris en compte par l’Éducation nationale que le débat pèse.

Les textes officiels stipulent que les élèves de CLIN font partie des effectifs du groupe scolaire, et pour cause. Une CLIN, ce n’est pas une classe en tant que telle mais un moyen supplémentaire destiné à accompagner les élèves non francophones dans une école. C’est si vrai qu’ils ont vocation d’abord à rejoindre des classes dites « banales » en cours d’année dès que l’enseignant le juge possible, qu’en attendant ils doivent passer le plus de temps possible et si possible chaque jour dans ces classes banales, et qu’ils sont donc rattachés, du point de vue de l’inscription à l’école, à l’une de ces classes. L’Inspection académique réclame donc qu’ils fassent partie des effectifs de ces classes.

Par contre, au moment où l’on compte le nombre de postes attribués à l’école, ils sortent du calcul. Donc, ne pas les compter dans les effectifs, outre le symbole assez terrible selon moi que cela peut représenter pour ces enfants, c’est donc faire fi de la présence de ces élèves dans les classes tout au long de l’année, dont les effectifs seront d’autant augmentés. L’assurance qui a été donnée de moyens supplémentaires éventuels en cours d’année ou à la rentrée scolaire ne dit donc rien de cette question de la prise en compte des élèves de CLIN.

Lire la suite...