Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - référendum

Fil des billets

Conseil municipal de l'opposition : référendum pour une police municipale ?

Au dernier Conseil Municipal, l'opposition de droite proposait une délibération pour un référendum en septembre sur la création d'une police municipale. Fabienne Oudart est intervenue pour le groupe des élu-es Front de Gauche rappelant notre opposition à la territorialisation de la sécurité, mais surtout la volonté de ne pas jouer avec le feu et faire de la "pseudo-démocratie" sur un sujet aussi important.

Pourquoi le groupe front de gauche votera défavorablement cette délibération.

L’organisation d’un référendum local en effet a été auparavant organisé par deux fois. Dans les deux cas, cette organisation participait d’un processus de réaffirmation de valeurs, valeurs que je redonne au cas où elles auraient été oubliées :

  • La défense d’un service publique de santé de proximité garant d’un accès aux soins pour la population ivyenne
  • La reconnaissance du droit de vote pour chaque résidents pour mettre fin à une inégalité, un déni de droit  faite à une partie de la population ivyrenne.

le référendum local,  tel qu’il est définit par la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, « seuls les électeurs de la collectivité concernée peuvent participer au vote et non l’ensemble des habitants. Les ressortissants des États membres de l’Union peuvent seulement participer aux référendums organisés par les communes », en excluant certains de nos concitoyens, n’est à nos yeux pas légitime.

Concernant  l’ensemble de la population, les deux referendums avaient été la conclusion de débats  multiples, contradictoires, d’informations.

Lire la suite...

 

Le peuple « mal-traité », ils ont osé !

Déclaration du groupe Front de Gauche au Conseil Général du Val-de-Marne


Ce mardi 9 octobre 2012, les parlementaires ont adopté à l’Assemblée Nationale le pacte budgétaire européen instaurant « la règle d’or » d’équilibre budgétaire avec 477 voix POUR, 70 voix CONTRE, et 21 abstentions.

Ainsi les 70% de Français qui souhaitent être consultés par voie de référendum sur ce pacte, dont l’application aura des conséquences sur leur avenir, n’ont pas été entendus, ni même les 80 000 citoyens qui ont défilé le 30 septembre à Paris. La démocratie a aujourd’hui véritablement été mise à mal, c’est un très mauvais signe envoyé par le gouvernement.

L’impact du traité budgétaire sur les collectivités est lourd de conséquences pour les financements de la protection sociale et pour le principe de libre administration des collectivités territoriales.
Dans notre département plus d’une centaine de personnalités, syndicalistes, responsables associatifs, élu(e)s, acteurs de la vie culturelle et sportive de diverses sensibilités politiques s’est également exprimée pour la tenue d’un referendum.

Lire la suite...