Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - proximité

Fil des billets

Le développement des maisons de quartier à Ivry se poursuit !

Lors du Conseil Municipal de janvier, l'avenir des maisons de quartier agréées centres sociaux était en débat avec plusieurs délibérations permettant de poursuivre leur développement. Séverine Peter est intervenue, au nom des élus communistes et partenaires, pour rappeler notre engagement pour ces espaces de proximité, de vie et de projets collectifs, source d'émancipation.

A plusieurs reprises ces dernières années, notamment lors de différents temps de concertation comme les Assises de la ville, nous avons fait le constat, partagé avec de nombreux ivryennes et ivryens, de la nécessité de renforcer et de redéployer les services publics de proximité. Et nous avons pris, collectivement, des engagements en ce sens auprès de la population.

Aujourd’hui, nous avançons dans cette direction, puisque le centre social de Monmousseau est ouvert depuis 2 ans, nous amorçons avec sérieux l’ouverture de celui du Petit Ivry et sommes en préfiguration de l’implantation d’un centre social sur le territoire Gagarine-Truillot.

Au-delà de l’engagement public, nous restons convaincus que les centres sociaux sont un outil essentiel d’une dynamique de politique municipale efficace sur un territoire donné, au plus près des habitants. A condition que ceux-ci soient conçus avec et pour les habitants et qu’ils soient dotés de moyens adaptés.

Lire la suite...

 

Le CMS, un outil essentiel pour la santé de proximité

Le Conseil municipal du 25 avril a désigné l'équipe d'architectes qui entreprendra les travaux du Centre Municipal de Santé. L'occasion pour Méhadée Bernard, Présidente du groupe des élu-es communistes et partenaires de rappeler notre engagement pour la santé de qualité et de proximité dans un contexte national de recul généralisé et de contrainte financière grandissante.

En France, la logique qui prévaut suppose que la santé c’est de l’argent.
La santé coûte chère et en ces temps d’austérité décomplexée la santé est devenue l’objet de marchandisation, un coût à éliminer pour les apôtres de la gouvernance.
La santé, enjeu capital, est devenue un enjeu du capital.
Et c’est bien tout le contraire que la gauche doit produire dans une période de développement des précarités.
Et dans ce contexte, les élu-es communistes et partenaires s’engagent comme ils l’ont toujours fait : la santé est un investissement, parce qu’elle répond à un droit fondamental de l’être humain.

Voila qui va à l’encontre d’une terrible dérive de la société capitaliste et libérale faisant de la santé un objet de commerce, pris dans des conflits de marchandisation de brevets, dans des enjeux de pouvoir économique et financier entre quelques grands laboratoires internationaux aux comportements mafieux.

Quand on connaît les dégâts considérables de certaines maladies, je pense au paludisme ou au sida ou même plus simplement à la résurgence de la tuberculose ou de maladies oubliées dans certains de nos quartiers, ou encore de la malnutrition dans certaines régions du monde ; et quand on sait aux regards des besoins immenses de survie de certaines populations du globe, que de grands laboratoires détiennent des outils pour y remédier, on ne être que révolté qu’au nom du profit, et toujours en son nom, des solutions existantes ne soient pas mises en œuvre. Certains allant même à spéculer  sur la misère, sur la mort, sur la vie de millions d’être humains!

Le droit à la santé ne peut être guidé par des logiques marchandes.

Lire la suite...