Lors du dernier Conseil Municipal, le vote du budget était à l'ordre du jour. Un budget contraint par la politique gouvernementale d'austérité. L'occasion pour Ana Macedo d'intervenir au nom du groupe des élu-es Front de Gauche pour rappeler notre envie de poursuivre la lutte pour développer le service public, la justice et l'égalité des droits pour toutes les Ivryennes et tous les Ivryens.


Le budget qui nous est présenté ce soir est un budget qui s’insère dans la tradition ivryenne de politiques publiques ambitieuses. Nous remercions le travail difficile réalisé par Meddhy et les services municipaux, dans ce contexte si particulier. Mais ce n'est pas, nous le croyons, le budget que la majorité aurait souhaité pour la population ivryenne.
La baisse programmée de 20 millions d'euros de recettes  dans le budget communal d’ici 2017, soit 1/6e du budget de fonctionnement, aura des conséquences sur nos politiques publiques.

A ce propos, aujourd’hui une délégation municipale a été reçue pour déposer plus de 5 000 pétitions au Préfet. 5 000 pétitions d’Ivryennes et d’Ivryens inquiets, comme nous tous, pour l’avenir de notre Ville. Cette mobilisation n’est pas unique. Ainsi, face aux baisses de dotations aux collectivités territoriales de plus de 11 milliards d’euros en 4 ans, une grande campagne a été lancée par l’Association des Maires de France. Avec Ivry, plus de 15 000 autres communes ont également voté la motion pour exiger du gouvernement de revenir sur les baisses prévues.

Couper ainsi les budgets des services publics et limiter l’investissement public, dont 70% est réalisé par les collectivités territoriales, pour ouvrir de nouveaux marchés aux grands patronats et aux grands actionnaires, sont des  choix politiques baignés du dogme de l'austérité. Crédit Impôt Compétitivité Emploi, allègement d’impôts ou de cotisations sociales en tout genre, ce sont près de 30 milliards d’euros qui passent du public au privé.  Un projet de loi « Macron 2 » est visiblement prévu avant l’été.  Pas  non plus de quoi nous rassurer !

Cette bataille est donc loin d’être terminée.