Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - lien social

Fil des billets

Ivry en fête 2015 : c'est aussi la fête des associations !

Discours de Mourad Tagzout, conseiller délégué à la vie associative, lors d'Ivry en Fête 2015 :

Tout d’abord, un grand merci au plus de 130 associations, qui cette année encore, participent à Ivry en fête. Avec les services municipaux vous êtes les « co-producteurs » de ce moment privilégié de la vie de notre commune.


Notre fête est ainsi, aussi l’occasion de mesurer la richesse du mouvement associatif ivryen, l’importance et  la diversité de ses champs d’intervention et  à quel point son rôle est central dans le renforcement du lien social, dans la constitution d’un territoire à vivre en commun. Les associations remplissent des missions d’intérêt général : éducation populaire, accès au sport et aux loisirs, solidarité locale et internationale…
Ce rôle est d’autant plus important, quand on voit le mal que font les politiques néolibérales à notre société :
  • Au plan environnemental, ou malgré les discours et autres plans de nos gouvernants, la situation ne cesse de s’aggraver, tant que ne sont pas engagées les réformes de fond en rupture avec le modèle productiviste,
  • Au plan économique et social, les politiques d’austérité étouffent l’activité. Elles augmentent la pauvreté, le chômage et la précarité. Un rapport récent de l’OCDE montre qu’en France, comme ailleurs en Europe, les inégalités ne cessent de s’accroître, et ceux dans tous les domaines santé, éducation, logement …
Ces politiques menées successivement par la droite et les socialistes au service du capitalisme financier se  traduisent chez nombre de nos concitoyens par un dégout de la politique, le repli sur soi,  une montée du désespoir, de l’individualisme…

Lire la suite...

 

Le soutien aux associations : un acte politique essentiel pour notre Ville !

Au dernier Conseil Municipal, Mourad Tagzout, conseiller municipal en charge de la vie associative, a présenté les subventions accordées par la municipalité aux associations pour l'année 2014. L'occasion d'évoquer les désastres causés, dans le monde associatif, par les politiques d'austérité actuelles.



Conseiller délégué en charge de la vie associative, il me revient de vous présenter ce rapport concernant les subventions 2014 aux associations. Le budget alloué est un budget de transition entre l’ancienne et la nouvelle équipe municipale, un budget qui s’inscrit comme nous l’avons souligné dans un contexte délicat. De nombreuses associations de notre pays s’inquiètent de la baisse annoncée de 11 milliards d’euros d’ici 2017 des dotations de l’État aux collectivités mais aussi de la suppression de la clause de compétence générale voulue par Nicolas Sarkozy et bientôt mise en place par Manuel Valls.

Ces restrictions budgétaires vont encore dégrader la situation économique et sociale de notre pays en réduisant les possibilités d’investissements des collectivités et en diminuant leurs moyens de répondre aux besoins des populations déjà durement touchées par le chomage de masse et la baisse du pouvoir d’achat.

Nous constatons depuis des année les effets dévastateurs de ces politiques pour notre société : destruction du tissus social, montée des individualismes et du désespoir … qui peuvent se traduire au plan politique par de la résignation ou le repli mortifère sur des solutions fascisantes.

Avec cette politique d’austérité, le gouvernement socialiste se fait l’huissier de la commission européenne. Et cette logique a et aura encore des retentissements sur nos territoires. Dire cela n’est pas repousser nos responsabilités. Non, ce qui est irresponsable c’est quand le sommet de l’Etat parle de contrainte budgétaire comme s’il s’agissait d’un phénomène météo imparable. Ayons le courage politique d’affronter la finance et d’opter avec détermination pour une société fondée sur la solidarité.

Lire la suite...

 

Quartiers, engageons le changement : chiche !


Après les discours ministériels de Roubaix, une déclaration de l’ANECR

Le discours de la ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, Cécile DUFLOT, lors du lancement de la concertation « Quartiers : engageons le changement ! » à Roubaix, le jeudi 11 octobre porte, en lui-même, le témoignage des souffrances qui accablent les villes et les quartiers populaires. Chômage, mal-logement, transports inadaptés, recul des services publics, échec scolaire, pauvreté, discrimination territoriale, trafics et insécurité : comme le dit la ministre « La réalité, c’est qu’habiter certains quartiers, c’est devoir affronter des conditions de vie indignes, et devoir se demander tous les jours si demain ne sera pas pire ».

C’est le résultat de 10 années de politique de droite qui, en plus de mettre les habitants des quartiers au ban de la société, les ont stigmatisés.

Retisser le lien social, développer la mixité sociale, restaurer le droit à la ville pour tous, améliorer les conditions de vie des citoyens, concilier politiques publiques et intérêt général, faire de l’égalité de tous la « boussole » qui doit guider la nouvelle politique de la ville sont affirmés comme autant de principes permettant de faire vivre le changement pour les habitants des quartiers.

Des valeurs dans lesquelles se retrouvent les élus communistes et républicains.

Parce qu’élus de villes populaires, pour recoudre les déchirures sociales et améliorer les conditions de vie dans les quartiers, ils sont engagés depuis fort longtemps au côté des acteurs multiples qui font la vie dans les quartiers : habitants, associations et collectifs, travailleurs sociaux, enseignants et équipes éducatives, dirigeants et éducateurs sportifs, monde de la culture…

Lire la suite...