Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - libéralisation

Fil des billets

Billet d'humeur du lundi

Un coup d’état contre la démocratie locale !

Avec sa réforme territoriale actuellement votée au pas de course, le coup d’état est en marche !

La semaine dernière, les députés ont voté la réduction de 22 à 13 régions : nous y voilà, comme le voulait François Hollande, aux régions à « taille européenne » pour plus de compétitivité, unique boussole qui ne réduit pas et réduira jamais le chômage. En parallèle, l’incertitude plane toujours sur l’avenir  des départements : pendant un temps, Manuel Valls a annoncé leur disparition pure et simple, notamment avec la création des grandes métropoles. Puis, il s’est ravisé, notamment pour les départements ruraux. Reste que le Val-de-Marne a « vocation à disparaître », pour reprendre son expression favorite, avec la création de la métropole du Grand Paris !

Enfin, les intercommunalités vont être renforcées, les communes vont perdre leur clause de compétence générale qui leur permet de développer des politiques publiques dans tous les domaines pour se recentrer sur « leurs » missions : sécurité, état civil, école, voirie. Et puis basta ! Tout cela, bien sûr, avec une baisse continue des dotations aux collectivités territoriales de 11 milliards en 3 ans.

De mensonge en recul, le tout sans jamais aucun référendum sur des enjeux pourtant essentiels dans nos vies, voici que l’objectif se précise : liquider la démocratie locale, tous les services publics utiles que les collectivités territoriales développent. Et à la place, le centralisme technocratique de gestion, éloigné des gens, de leurs vies, de leurs préoccupations, de leurs besoins. Et surtout de leur pouvoir ! Place à libéralisation des marchés, à la privatisation des services publics ! Alors qu’il y a une véritable urgence sociale, économique, démocratique, écologique, celle-ci est bafouée au nom d’intérêts bien éloignés de nous toutes et tous.

A cela, nous disons : NON, PLACE AUX CITOYENS !!!

Rendez-vous mercredi 26 novembre à 19h30 à l’Espace Robespierre pour en discuter, en débattre, avec nous, et avec les Ivryennes et les Ivryens. Construisons notre avenir, ensemble !

Lire la suite...

 

Réaffirmons le droit au logement et à l’énergie pour tous !

Lors du Conseil Municipal du 28 février, le groupe des élu-es communistes et partenaires a déposé un voeu, adopté par le conseil municipal, contre les expulsions locatives et les coupures énergétiques. A l'approche de la fin de la trêve hivernale, notre groupe souhaite réaffirmer les droits élémentaires au logement et à l'énergie pour tous, sans condition !

Voici le voeu voté par le conseil :


La Ville d’Ivry-sur-Seine, considérant que :

- l’article 25 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme, adoptée le 10 décembre 1948 par l’assemblée générale de l’ONU, affirme : « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires... »,

- se loger, se chauffer, s’éclairer, se soigner, se nourrir, se déplacer, sont des besoins fondamentaux, au cœur du développement de la personne, des conditions de son bien-être et de son émancipation, mais qui deviennent aujourd’hui un luxe très inégalement accessible à tous, malgré les efforts menés par le nouveau gouvernement pour contenir les effets de la crise

- la crise actuelle et les mesures d’austérité prises au niveau Européen comme en France ces derniers mois accentuent les inégalités existantes entre les individus dans l’accès à ces besoins fondamentaux, et la précarisation croissante de l’emploi, des salaires comme le chômage en pleine explosion plongent nombre de familles, de personnes âgées et retraitées dans une grande insécurité sociale provocant une multiplication des situations de sur-endettement, d’impayés de loyer et d’énergie,

- partout en France, dans les territoires ruraux comme urbanisés, et plus sensiblement encore en Ile-de-France, on constate une inquiétante augmentation des loyers, conséquence de la spéculation immobilière accentuée par le nombre insuffisant de logements disponibles, et des tarifs de l’énergie, conséquence à la fois de l’augmentation du coût de l’énergie et de la libéralisation du marché,

- cela provoque, selon le dernier rapport de janvier 2013 de la fondation Abbé Pierre, les chiffres de l’INSEE et du médiateur national de l’énergie, un accroissement sensible du nombre de foyers en situation de « précarité énergétique », c’est-à-dire consacrant plus de 10% de leurs revenus en dépenses énergétiques. Près de 4 millions de foyers, soit 8 millions de personnes sont concernés, tandis que 10 millions de personnes sont touchés, plus ou moins violemment, par le « mal-logement », soit 1/6e de la population française.

Lire la suite...