Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - intercommunalité

Fil des billets

La CASA dans la tourmente de la réforme territoriale

Dernier point à l'ordre du jour du Conseil Municipal : point d'étape sur la CASA. En plein débat sur la réforme territoriale,  menée au pas de course, l'avenir de notre communauté d'agglomération est essentiel.
Fanny Sizorn, co-présidente du groupe des élu-es Front de Gauche d'Ivry, est intervenue pour rappeler l'urgence démocratique et citoyenne face au coup d'état en cours.


Cela fait maintenant deux ans que notre communauté d’agglomération Seine Amont existe. Deux années, c’est beaucoup et en même temps, c’est si peu.

Si peu au regard des bouleversements que cela génère dans le fonctionnement politique, mais aussi administratif. Pourtant, d’ores et déjà, de grands chantiers ont été lancés. Je pense à la définition d’un PLH (plan local de l’habitat) intercommunal, du lancement du forum pour le développement économique et l’emploi, le partenariat pour l’emploi avec la société du Grand Paris, le partenariat avec le MAC/VAL entre autres.

Je tiens vraiment à saluer, non pas par esprit de Noël, mais par sympathie pour vous tous, l’ensemble des élus qui siègent à la communauté d’agglomération, les vice-présidents, l’administration de la ville et l’administration de la CASA pour le travail mené, pour les documents qui nous sont transmis ce soir et qui sont représentatifs de tous les efforts au service de notre territoire.

Quand on a dit cela, une fois le bilan des réalisations faites avec ces rapports, on peut, on ne doit pas évincer le bilan démocratique. Évidemment, pour la CASA, il y a encore le temps de l’appropriation collective qui est en cours, appropriation collective pour nous élus, mais aussi pour les habitants.

Mais globalement, parlons de ce que représente l’intercommunalité dans le paysage administratif national. L’intercommunalité s’est imposée comme une institution majeure dans la gestion des affaires territoriales. Pourtant, nous sommes plusieurs à l’avoir dit ce soir, elle demeure mal connue des citoyens. Que ça soit CASA ou pas CASA, l’intercommunalité, c’est vraiment encore quelque chose de compliqué. Et au regard de la commune qui représente toujours la cellule de base de la démocratie locale, nous devons vraiment nous questionner sur le fonctionnement que nous devons avoir en interne et avec les élus qui siègent à la CASA, pour plus de transmission d’informations avec l’assemblée que nous sommes, mais aussi avec les citoyens.

Les intercommunalités fonctionnement bien trop souvent dans une grande opacité pour les habitants. Le débat démocratique est souvent confisqué au profit d’une technicisation de l’action publique et certaines interventions, excusez-moi de le dire, ont été révélatrices de cette technicité qui des fois peut effrayer surtout à une heure tardive.

Aujourd’hui, nous essayons tant bien que mal de transmettre les informations, de les rendre les plus accessibles possible. Mais demain, dans la super CASA, dans le super territoire, dans cette super métropole, tout ça qui n’a de super vraiment que le nom, comment allons-nous réussir à mieux faire vivre la démocratie ?

Lire la suite...

 

Billet d'humeur du lundi

Un coup d’état contre la démocratie locale !

Avec sa réforme territoriale actuellement votée au pas de course, le coup d’état est en marche !

La semaine dernière, les députés ont voté la réduction de 22 à 13 régions : nous y voilà, comme le voulait François Hollande, aux régions à « taille européenne » pour plus de compétitivité, unique boussole qui ne réduit pas et réduira jamais le chômage. En parallèle, l’incertitude plane toujours sur l’avenir  des départements : pendant un temps, Manuel Valls a annoncé leur disparition pure et simple, notamment avec la création des grandes métropoles. Puis, il s’est ravisé, notamment pour les départements ruraux. Reste que le Val-de-Marne a « vocation à disparaître », pour reprendre son expression favorite, avec la création de la métropole du Grand Paris !

Enfin, les intercommunalités vont être renforcées, les communes vont perdre leur clause de compétence générale qui leur permet de développer des politiques publiques dans tous les domaines pour se recentrer sur « leurs » missions : sécurité, état civil, école, voirie. Et puis basta ! Tout cela, bien sûr, avec une baisse continue des dotations aux collectivités territoriales de 11 milliards en 3 ans.

De mensonge en recul, le tout sans jamais aucun référendum sur des enjeux pourtant essentiels dans nos vies, voici que l’objectif se précise : liquider la démocratie locale, tous les services publics utiles que les collectivités territoriales développent. Et à la place, le centralisme technocratique de gestion, éloigné des gens, de leurs vies, de leurs préoccupations, de leurs besoins. Et surtout de leur pouvoir ! Place à libéralisation des marchés, à la privatisation des services publics ! Alors qu’il y a une véritable urgence sociale, économique, démocratique, écologique, celle-ci est bafouée au nom d’intérêts bien éloignés de nous toutes et tous.

A cela, nous disons : NON, PLACE AUX CITOYENS !!!

Rendez-vous mercredi 26 novembre à 19h30 à l’Espace Robespierre pour en discuter, en débattre, avec nous, et avec les Ivryennes et les Ivryens. Construisons notre avenir, ensemble !

Lire la suite...

 

Mobilisation contre le projet "Grand Paris Métropole" : mardi 16 juillet, les élu-es devant l'assemblée à 15h !

Les élu-es communistes et partenaires répondent à l'appel de l'ANECR : "Métropole : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale !"

Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale avant le passage de la loi sur l’affirmation des métropoles dans l’hémicycle (en pleine période estivale !) suscitent à juste titre de la réprobation et une indignation forte de la part de nombreux élus franciliens.

Après en effet le rejet par le Sénat des dispositions portant sur la métropole de Paris, ces nouveaux articles poussent au paroxysme l’esprit de centralisation des pouvoirs qui imprègne le texte : non seulement ils retirent un grand nombre (plus important que dans le projet précédent) de compétences aux communes pour les transférer à la métropole, mais ils s’attaquent à l’idée même d’intercommunalité et de communautés d’agglomération en les réduisant à des conseils de territoire, sans moyens propres et qui deviendraient des simples lieux de mise en œuvre délocalisée des décisions du Conseil métropolitain, à l’image des mairies d’arrondissement.

Lire la suite...

 

Crise, austérité... Ivry vote un budget ambitieux pour l'avenir !

Lors du dernier Conseil Municipal, la majorité municipale a voté pour le budget 2013 élaboré et travaillé depuis plusieurs mois. Ce budget se veut offensif, pour la maintien des services publics et des projets d'investissements, pour un mieux vivre à Ivry, malgré la crise et l'austérité imposée en Europe et en France.

Toutes les informations sur le budget 2013 voté en mars : http://www.ivry94.fr/actualites/democratie-locale/un-budget-ambitieux-malgre-tout/


Dès le mois de janvier, lors du débat d'orientation budgétaire au conseil municipal, Philippe Bouyssou, 1er adjoint communistes et partenaires en charge des finances, a présenté les grandes lignes de ce budget 2013.

Sur les orientations de fond, le Maire nous proposait [dans sa lettre de cadrage d'octobre 2012] de reconduire les priorités portées depuis 2009 – petite enfance, logement, jeunesse, santé, personnes âgées – en prenant appui sur trois piliers : la démocratie, le service public et le développement durable. Mais cela dans un cadre budgétaire contraint, impliquant la poursuite de la maîtrise des dépenses de fonctionnements, avec une évolution moyenne de 2,5 % du budget du personnel communal, un gel des autres dépenses de fonctionnement et la réévaluation des taux de fiscalité à hauteur de 1,5 %. L'objectif principal de ces orientations maîtrisées étant d'assumer le haut niveau de dépenses d'investissements – 37,2 millions d'euros pour 2013 – correspondant à nos arbitrages de l'an dernier dans le cadre de la programmation des investissements pluriannuels. Deux mots d'explication sur ces orientations.

Lire la suite...