Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - inégalités

Fil des billets

Nouveau journal des élu-es Front de Gauche d'Ivry !

Edito

La transformation de l’école est une urgence. Le gouvernement avance aujourd’hui à marche forcée, défaisant pas à pas notre service public d’éducation nationale et l’ouvrant aux marchés, à la concurrence, à la compétition de tous contre tous. Nous portons l’ambition d’une école qui épanouit et émancipe, qui casse la reproduction incessante des inégalités et des hiérarchies sociales. Les idées ne manquent pas, mais les solutions nous devons les élaborer collectivement par la réflexion et le débat, et dans les luttes ensemble les faire avancer pour leurs mises en oeuvre.

Ensemble, en lutte, car les crises se sont aggravées, multiples, multiformes, et la réponse du gouvernement poursuivant ses politiques d’austérité les accentue. Les 20 millions d’euros en moins d’ici 2017 comme la métropole du Grand Paris qui va centraliser les lieux de pouvoir et de décision, sont autant d’inquiétudes, de difficultés à surmonter. Nous avons plus que jamais besoin de nous rassembler pour défendre et développer le service public, ce bien commun au centre de notre projet d’égalité et de justice sociale, de bien être et de bien vivre ensemble.

Ces deniers mois, nous avons vécu des moments difficiles. Il y a eu les assassinats de Charlie Hebdo, bien sûr, et le décès de Pierre Gosnat. Avec le nouveau Maire Philippe Bouyssou et une équipe municipale réorganisée, nous avons la volonté de poursuivre la mise en œuvre du programme Ivry au cœur. Construit collectivement autour des besoins des habitants et d’ambitions élevées, il est donc plus que jamais d’actualité.

Et notre volonté d’appropriation citoyenne des choix politiques à produire l’est encore plus. Nous sommes encouragées par les récentes élections départementales dans le Val-de-Marne qui assoit la majorité conduite par le Front de Gauche, là où partout ailleurs la droite et l’extrême-droite se sont renforcées, c’est pour nous un appui essentiel. Encouragés aussi par le succès électoral de Podemos en Espagne, après Syriza en Grèce, des victoires de rassemblements populaires qui ouvrent la voie à d’autres choix politiques possibles.


Olivier Beaubillard, Président du groupe - Fanny Sizorn, Vice-Présidente du groupe

Lire la suite...

 

Rythmes scolaires : nous voulons mieux d'école pour Ivry !

Après un an et demi de débats à Ivry, la question de l'organisation des temps scolaires était à l'ordre du jour du Conseil Municipal. Méhadée Bernard, nouvellement en charge de l'enseignement et des politiques éducatives, a présenté le choix de la municipalité non sans rappeler notre opposition à une réforme qui territorialise l'éducation et ne préfigure en rien la nécessaire "refondation de l'école".


Ce n’est pas la première fois que nous abordons dans cette enceinte la question liée à la « refondation de l’école de la République », et à travers elle le décret autour des rythmes scolaires.

Avec l’élection de François Hollande en mai 2012, parce que nous sommes des femmes et des hommes de gauche, nous attendions un grand débat national pour une véritable réforme de l’école à la hauteur des enjeux. Je ne vous infligerais pas ce soir l’histoire de l’Education Nationale en France et de sa casse systématique par les gouvernements successifs, et notamment par ceux dirigés par la droite qui n’ont eu de cesse que de décrédibiliser les enseignants, réduire les moyens et ainsi détruire peu à peu le sens de l’école publique.

Alors, oui, avec l’arrivée de Hollande et de Peillon, nous attendions autre chose. Nous attendions des mesures nationales, pour la réussite de tous. Nous attendions une réforme des programmes, sur le fond. Nous attendions des mesures pour la formation des maîtres. Nous attendions de l’ambition pour faire reculer l’échec scolaire, avec le redéploiement des RASED (Réseau d’Aide Spécialisé aux Elèves en Difficulté). Nous attendions une redéfinition des Zones d’Education Prioritaire et de leurs moyens. Nous attendions un retour des 2h supprimées par Darcos en 2008. Nous attendions tant. Mais non, Hollande a choisi un tout autre chemin, le chemin vers la territorialisation, le chemin vers la régionalisation de l’école de la République, le chemin vers le démantèlement du principal service public républicain.

Avec le décret Peillon, conforté par Benoît Hamon, les villes se voient dans l’obligation de réorganiser les temps de l’enfant, et au passage de toute la communauté éducative, enseignants compris. En somme, de faire le boulot à la place de l’Etat. Chaque ville, chaque village aura sa propre organisation, feu le Ministère de l’Education Nationale, vive le Ministère de l’Education. J’entends déjà des chuchotements dans les rangs de l’opposition : « la majorité nous bassine avec ces accusations contre le gouvernement, c’est toujours de la faute des autres ». Et bien ne vous en déplaise, nous continuerons à nous battre pour que l’Etat assume ses fonctions et ses missions, et l’Education Nationale en est une.

Lire la suite...

 

Jeudi 31 janvier : journée d'action pour la défense des services publics !

Communiqué du groupe Front de Gauche du Conseil Général du Val-de-Marne :

Soutien à la journée d’action du 31 janvier - Pour la défense des services publics et de la Fonction Publique

La Fonction Publique et les services publics, atouts incontestables et indispensables pour des millions de concitoyens de notre pays, sont en danger. Ces dernières années, la situation s’est fortement dégradée.

Les politiques d’austérité, présentées comme une nécessité, conduisent aux suppressions de postes et de missions à la dégradation du service public. La preuve par la Grèce… Elles dégradent notre cohésion sociale, elles accentuent la crise économique et aggravent les injustices sociales. L’austérité n’est pas la solution mais le problème ! La crise ne peut servir de prétexte pour ne pas répondre aux légitimes revendications des agents publics et des usagers.

L’action de la Fonction Publique et des Services Publics est un puissant moyen pour lutter contre les inégalités et les injustices sociales. La notion de service public s’est constituée au carrefour de valeurs fondamentales telles que l’égalité, la solidarité et la citoyenneté.

Dans le Val-de-Marne, les conseillers généraux de droite, qui avaient soutenu la RGPP, ont réclamé une baisse du nombre de fonctionnaires lors de la  séance du Conseil Général le 28 janvier portant sur les orientations budgétaires. Elle réclame moins d’agents pour moins de services publics départementaux. Nous choisissons la valeur économique du travail, alors que la droite choisit la valeur économique du capital.

Lire la suite...

 

Le rapport Auzannet, on n'en veut pas !


Déclaration de l'ADECR :

Le rapport Auzannet sur le projet du Grand Paris Express remis à Cécile Duflot provoque mécontentement et inquiétude parmi les élus locaux.

En Val-de-Marne, il renvoie aux calendes grecques à la fois la ligne bleue qui relie Paris à Orly, la ligne Orange qui relie Champigny centre à Rosny et enlise pour de longues années la ligne rouge, le tracé que nous appelons ORBIVAL, qui pourtant était prêt à faire l’objet d’une enquête publique.

Le début des travaux entre Noisy-Champ et Champigny-centre est repoussé, puis la réalisation de l’atelier garage et du poste de commandement centralisé au niveau du secteur Champigny-Bry-Villiers est abandonnée. Sans ces aménagements, aucune ligne de métro ne pourra être mise en service. Ainsi, la cohérence du projet qui donnait la priorité aux Franciliens de transiter de leur lieu de travail à leur domicile sans passer par Paris est reconsidérée.

Le projet du Grand Paris Express est sacrifié au nom de la réduction des déficits publics. Son abandon méprise l’accord politique, intervenu il y a deux ans, entre l’Etat, la Région et les 8 départements d’Ile-de-France. Il s’agit d’un reniement de la parole et des engagements de l’Etat.

Les conclusions de ce rapport, ajoutées au refus d'inscrire le milliard d'euros de dotation dans la loi des finances, s’opposent aux attentes et aux propositions des élus et des Franciliens. Elles renforceront non seulement les inégalités, mais aussi les disparités territoriales. Mr Auzannet méprise l’intérêt économique et l’objectif social du Grand Paris Express et du projet Orbival : créer des emplois, construire de nouveaux logements, relancer l’activité économique de la région Ile-de-France par un service public des transports moderne et de qualité. Ce changement est attendu par les Franciliens qui subissent au quotidien les conséquences d’un réseau de transport vieillissant, saturé et inadapté aux besoins de la population.

L’Association Départementale des Élus Communistes et Républicains se joint à la protestation de Christian Favier, président du Conseil général et sénateur et demande expressément à Jean-Marc Ayrault, premier ministre, et à Cécile Duflot, ministre de l'Egalité des territoires et du Logement, de refuser ce rapport et de tout mettre en œuvre pour que l’Etat tienne ses engagements autour du Grand Paris Express et notamment la réalisation prioritaire de l’axe sud – Orbival.