Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - effectifs

Fil des billets

Nouvelle sectorisation pour Ivry-Port à la rentrée 2015

Dernier point au Conseil Municipal, la présentation par Méhadée Bernard de la nouvelle sectorisation du quartier Ivry-Port pour préparer l'ouverture de l'école Rosalind Franklin au mois de septembre prochain. Cohérence, mixité, équilibre ont guidé ces choix qui entraînent notamment la fermeture de la maternelle J-J Rousseau. Au programme des semaines à venir : informations et accompagnement des enfants et des familles pour une rentrée sereine.


Au mois d’octobre dernier, nous inaugurions ensemble l’école Rosa-Parks, nouvelle école au cœur du quartier parisien pour accompagner les besoins du secteur en pleine croissance de population. En septembre prochain, nous ouvrirons un nouveau groupe scolaire et un nouveau collège dans le quartier d’Ivry-Port aujourd’hui en profonde mutation. Et d’ici 2020, un deuxième groupe scolaire verra le jour sur ce quartier pour répondre à l’évolution démographique attendue dans le cadre maîtrisé du projet urbain d’Ivry Confluence. La priorité donnée à la livraison des équipements publics nécessaires dans le projet répond à la volonté de bien anticiper les évolutions du territoire, de ne pas les subir comme cela a pu parfois être le cas. Nous répondons ainsi  à l’augmentation des besoins d’accueil scolaire, péri et extra-scolaire, à la hauteur de nos ambitions éducatives, urbaines, écologiques aussi, comme l’a démontré la réalisation de  l’école Rosa-Parks.

Toute ouverture d’une nouvelle école, d’un groupe scolaire, nécessite de repenser la sectorisation qui l’accompagne. Cela entraîne souvent des réactions paradoxales : d’un côté de l’excitation, la satisfaction d’un nouvel établissement « tout beau tout propre », pour ceux qui le fréquenteront. Et d’un autre, cela crée toujours des inquiétudes, des interrogations, parce que les habitudes de chacun, enfants et familles, mais aussi équipe enseignante et agents municipaux, s’en trouvent modifiées.

Pour cela, nous aurions voulu avoir plus de temps, notamment pour mieux associer les familles. Je ne vous cache pas que la mise en place de la nouvelle organisation des temps scolaires et périscolaires à la rentrée 2014, l’urgence du lancement du projet Makarenko et les événements de ce début d’année 2015 ne nous l’ont pas donné. A cela se sont ajoutées les contraintes de l’Education Nationale liées à la future carte scolaire au travers des dotations de moyens ainsi que le mouvement des enseignants pendant les vacances d’hiver.

Il nous faudra donc, dans les semaines à venir, prendre le temps de l’information pour accompagner chacune et chacun dans ces changements.

Lire la suite...

 

Pour une rentrée des classes digne de ce nom !

Lors du Conseil Municipal du 20 septembre, Romain Marchand est intervenu concernant la rentrée scolaire à Ivry, et en particulier la situation inacceptable de l'école Joliot-Curie :

Je me permets de dire quelques mots sur Joliot-Curie au nom du groupe des élus Communistes et Partenaires et aussi parce que je suis élu au Conseil d’école de Joliot-Curie et, à ce titre, j’ai suivi d’un petit peu plus près cette bataille. C’est une bataille menée par les enseignants et les parents d’élèves du groupe scolaire, le Joliot A et le Joliot B, évidemment soutenue par le Maire et la municipalité, et justifiée à notre sens pour la raison suivante : les seuils d’ouverture sont dépassés si l’on compte les enfants de CLIN dans les effectifs de l’école. Et c’est bien là-dessus que porte le nœud du débat et ce à quoi Sandrine Bernard faisait référence en disant que l’on avait obtenu des garanties pour l’année prochaine si les effectifs pris en compte par l’Éducation nationale étaient dépassés, et c’est bien sur cette notion d’effectifs pris en compte par l’Éducation nationale que le débat pèse.

Les textes officiels stipulent que les élèves de CLIN font partie des effectifs du groupe scolaire, et pour cause. Une CLIN, ce n’est pas une classe en tant que telle mais un moyen supplémentaire destiné à accompagner les élèves non francophones dans une école. C’est si vrai qu’ils ont vocation d’abord à rejoindre des classes dites « banales » en cours d’année dès que l’enseignant le juge possible, qu’en attendant ils doivent passer le plus de temps possible et si possible chaque jour dans ces classes banales, et qu’ils sont donc rattachés, du point de vue de l’inscription à l’école, à l’une de ces classes. L’Inspection académique réclame donc qu’ils fassent partie des effectifs de ces classes.

Par contre, au moment où l’on compte le nombre de postes attribués à l’école, ils sortent du calcul. Donc, ne pas les compter dans les effectifs, outre le symbole assez terrible selon moi que cela peut représenter pour ces enfants, c’est donc faire fi de la présence de ces élèves dans les classes tout au long de l’année, dont les effectifs seront d’autant augmentés. L’assurance qui a été donnée de moyens supplémentaires éventuels en cours d’année ou à la rentrée scolaire ne dit donc rien de cette question de la prise en compte des élèves de CLIN.

Lire la suite...