La question d'Ivry-ma-Ville du mois de septembre était posée par le groupe Alternative pour Ivry : « La situation du nouveau collège, positionné sur un ancien site pollué installation classée et ne pouvant ouvrir à la rentrée pour cause de pollution au mercure, est-elle compréhensible et acceptable ? ». Pour le groupe Front de Gauche, Méhadée Bernard a répondu sur ce point avant d'évoquer les conditions de la rentrée scolaire et les difficultés persistantes.

La réalité du territoire d’Ivry, notamment Ivry-Port, se comprend au regard de son passé industriel. Il a subi, comme de nombreuses communes de région parisienne, la présence d’industries polluantes que la Ville de Paris et les beaux quartiers de l’ouest ne voulaient pas héberger. De nombreux terrains sont pollués, à des degrés divers, au vu des normes aujourd’hui heureusement bien plus strictes.

Faudrait-il donc cesser toute construction ? Ou bien utiliser les savoirs faires et technologies nouvelles pour garantir une dépollution efficace et sûre ? Nous préférons cette seconde option, pour répondre aux besoins des habitants en veillant sans cesse aux conditions de sécurité ! 

Un ensemble de mesures de dépollution a  été pris. Au vue des résultats, la construction du collège a été autorisée par la Préfecture et l’Agence Régional de Santé. C’est durant la phase de travaux que des problèmes sont survenus. Alors, évidemment, cette pollution n’est pas acceptable ni compréhensible. C’est pourquoi  l’enquête en cours, initiée par la Sadev pour le compte du Conseil Départemental, devra statuer sur les responsabilités de chacun. Les opérations de dépollution nécessaires vont être effectuées pour que le collège puisse ouvrir en toute sécurité en 2016.

A propos

Septembre, c’est la rentrée des classes. Et avec elle son cortège de questions sur la situation des écoles d’Ivry, vu la crise du système éducatif.