Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - crise

Fil des billets

Nouveau journal des élu-es Front de Gauche d'Ivry !

Edito

La transformation de l’école est une urgence. Le gouvernement avance aujourd’hui à marche forcée, défaisant pas à pas notre service public d’éducation nationale et l’ouvrant aux marchés, à la concurrence, à la compétition de tous contre tous. Nous portons l’ambition d’une école qui épanouit et émancipe, qui casse la reproduction incessante des inégalités et des hiérarchies sociales. Les idées ne manquent pas, mais les solutions nous devons les élaborer collectivement par la réflexion et le débat, et dans les luttes ensemble les faire avancer pour leurs mises en oeuvre.

Ensemble, en lutte, car les crises se sont aggravées, multiples, multiformes, et la réponse du gouvernement poursuivant ses politiques d’austérité les accentue. Les 20 millions d’euros en moins d’ici 2017 comme la métropole du Grand Paris qui va centraliser les lieux de pouvoir et de décision, sont autant d’inquiétudes, de difficultés à surmonter. Nous avons plus que jamais besoin de nous rassembler pour défendre et développer le service public, ce bien commun au centre de notre projet d’égalité et de justice sociale, de bien être et de bien vivre ensemble.

Ces deniers mois, nous avons vécu des moments difficiles. Il y a eu les assassinats de Charlie Hebdo, bien sûr, et le décès de Pierre Gosnat. Avec le nouveau Maire Philippe Bouyssou et une équipe municipale réorganisée, nous avons la volonté de poursuivre la mise en œuvre du programme Ivry au cœur. Construit collectivement autour des besoins des habitants et d’ambitions élevées, il est donc plus que jamais d’actualité.

Et notre volonté d’appropriation citoyenne des choix politiques à produire l’est encore plus. Nous sommes encouragées par les récentes élections départementales dans le Val-de-Marne qui assoit la majorité conduite par le Front de Gauche, là où partout ailleurs la droite et l’extrême-droite se sont renforcées, c’est pour nous un appui essentiel. Encouragés aussi par le succès électoral de Podemos en Espagne, après Syriza en Grèce, des victoires de rassemblements populaires qui ouvrent la voie à d’autres choix politiques possibles.


Olivier Beaubillard, Président du groupe - Fanny Sizorn, Vice-Présidente du groupe

Lire la suite...

 

Débat d'Orientation Budgétaire : ne nous laisson pas tondre !

Hier soir, le Conseil Municipal était notamment consacré au débat d'orientation budgétaire. L'occasion, pour le groupe des élu-es Front de Gauche d'Ivry, de rappeler la nécessaire bataille budgétaire à mener devant la politique d'austérité dramatique imposée par le gouvernement. Avec une petite surprise : un duo d'intervenante ! Sarah Misslin et Ouarda Kirouane.

Notre ville est une « ville-monde ». Riche de son dynamisme, de sa population, riche de sa volonté toujours plus forte d’améliorer le « bien vivre ensemble ». Cette volonté est portée par ses élu-e-s, ses agents du service public et par ses citoyens. A Ivry on peut s’épanouir, se rencontrer, se cultiver, travailler, grandir. A Ivry nous avons la vie au cœur. L’Etat, dans ses grandes heures de la décentralisation des pouvoirs et des services publics vers le local avait aidé notre volonté à se réaliser. Ce principe de transfert de charges et de compétences se doublait alors d’un principe de compensation. Deux leviers leur étaient assurés :

  • D’une part, les entreprises contribuaient par la taxe professionnelle au développement du cadre de vie dont elles et leurs salariés bénéficiaient ;
  • D’autre part, l’Etat compensait ce déplacement de l’action publique vers les collectivités par des dotations de compensation, de fonctionnement.

Mais depuis quelques temps, les coups de rabot se font de plus en plus durs pour les collectivités locales. En 2008 pour la première fois, le gouvernement choisit  d’indexer les compensations sur la seule inflation et non plus sur la croissance. Puis, en 2010,  Sarkozy décide de supprimer la taxe professionnelle, seule source de recettes fiscales liée aux entreprises avec un système de compensation de l’Etat  indexé sur les recettes de 2010. Autrement dit, le développent de l’activité économique sur le territoire des communes ne rapportera plus rien.
En 2011 gel des dotations de compensation aux collectivités ; puis en 2012, Hollande prend la suite, maintient le gel avant d’accélérer le processus en 2014 avec une baisse des concours de l’Etat de 1,5 Milliards d’euros. Et pour la période 2015-2017, ce sera 11 milliards en moins !

Cette politique, c’est celle de l’austérité ! C’est laisser croire que l’Etat, donc la puissance publique, vit au-dessus de ses moyens, que le déficit public et la dette sont insoutenables, que les collectivités territoriales sont trop dépensières et creusent le déficit et la dette. Nous assistons à une litanie de discours idéologiques : car, oui, le libéralisme, le capitalisme tout comme le réalisme et le pragmatisme sont des idéologies !

Mais des voix différentes s’élèvent, tout aussi sérieuses, tout aussi expertes et qui peinent à pouvoir s’exprimer : celles des économistes atterrés, d’Attac, et d’une myriade de progressistes. C’est la nôtre, également. Nous le redisons ce soir avec force : l’austérité n’est pas un principe de gestion, c’est l’un des outils de mise en place d’un véritable projet de société. L’austérité n’est pas imposée à tout le monde, quand il y a en France toujours plus de millionnaires et milliardaires et toujours plus de pauvres. Le rapport de force est en faveur des banques et des spéculateurs. Mais les peuples doivent se faire entendre comme en Grèce où Siriza est un espoir autant que le début d’une lutte. La justice est aujourd’hui plus encore une nécessité. N’oublions pas que près de la moitié de notre dette correspond aux intérêts de la dette !

Lire la suite...

 

L'après Charlie : une autre France est possible !

Suite aux attentats de Charlie Hebdo, la tribune d'Ivry-ma-Ville du mois de février était consacré à une expression libre de chaque groupe. Mehdi Mokrani s'est exprimé pour le groupe des élu-es Front de Gauche d'Ivry.


« Quand est-ce qu’on y arrive ? Là où le bonheur désaltère, où le futur se construit, sans cris, sans mecs à terre ? », IAM, la fin de leur monde.


Les actes intolérables qui ont secoué nos consciences et notre capacité à faire société ne doivent pas atteindre leur but. Nous sommes à la croisée des chemins. L’obscurantisme est comme tous les fascismes, il cherche la désorganisation, l’isolement, la peur, le recul de nos intelligences individuelles et collectives. Il cherche à nous rendre individuellement stérile, et collectivement vulnérables pour installer son fantasme totalitaire.

Les fascismes progressent, de la tuerie de Charlie hebdo au nom d’un islam qui n’aura jamais été tant trahi, de l’obscurité qui a entouré les manifs pour tous qui ont cru nous expliquer comment il fallait vivre, élever des enfants, comment il fallait faire l’amour également, de la victoire aux élections européennes du Front National, à la médiatisation sans précédent de penseurs islamophobes, nous n’avons jamais tant été agressés, bafoués, pris pour des débiles, des assistés de la pensée. 

Il faut dire que le terrain n’a jamais été aussi favorable. Ce terrain favorable, c’est celui de la crise, des crises. La crise ébranle notre société. Les crises produisent de multiples divisions de notre peuple, l’encourageant ainsi au repli. La crise économique aggrave chaque jour nos vies, les difficultés s’amoncellent, les nôtres évidemment, mais aussi celles de ceux qui nous entourent qui deviennent nos concurrents, ceux qu’il faut battre, éliminer pour nous en sortir. La crise politique, depuis 2002 et l’arrivée au second tour de la présidentielle d’un fasciste, détruit nos perspectives, notre capacité à réfléchir autrement. Des années de droite violente, inégalitaire, autoritaire et raciste ont transformé  la pensée comme les rapports quotidiens entre individus. Et que dire de cette gauche complice, convertie à la pensée unique économique comme sociétale, en témoigne les graves régressions que nous connaissons depuis l’élection de F. Hollande. La crise sociétale et identitaire, alimentée pour nous diviser, pour opposer les minorités à une majorité à l’identité fantasmée. Musulmans, Rôms, Jeunes des quartiers populaires sont quotidiennement définis comme les ennemis intérieurs.

C’est cette faillite républicaine que nous devons affronter. Dans les jours qui arrivent, nous devrons relever le défi de redonner sens à notre vie commune, pour tracer un chemin de progrès pour une société de partage, de rencontre, de métissage permanent. Reprenons le chemin du progrès et de l’émancipation. Jamais nous n’avons eu tant de moyens, tant de savoirs. Nous pouvons faire de nos intelligences individuelles et collectives l’ingrédient  nécessaire pour que la tuerie de charlie hebdo n’atteigne pas son but, pour qu’au contraire nous démontrions qu’une autre France est possible. 

Mehdi Mokrani, conseiller municipal

Lire la suite...

 

Charlie Hebdo : et après, que fait-on ?

Hier soir, au Conseil Municipal, l'ordre du jour a été quelque peu modifié : chaque groupe politique a pu s'exprimer sur les événements dramatiques de ce début d'année.

Mehdi Mokrani est intervenu pour le groupe Front de Gauche.

« Quand est-ce qu’on y arrive ? Là où le bonheur désaltère, où le futur se construit, sans cris, sans mecs à terre ? ».


Si je commence cette intervention par cette citation d’IAM, c’est parce que je crois que notre peuple, notre pays, notre République, doit ouvrir une nouvelle page de son histoire. Les actes immondes, intolérables, insoutenables, qui ont secoué nos consciences et notre croyance en notre capacité à faire société ne doivent pas atteindre leur but. Nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins. L’obscurantisme est comme tous les fascismes, il cherche la désorganisation, l’isolement, la peur, le recul de nos intelligences individuelles et collectives. Il cherche à nous rendre individuellement stérile, et collectivement vulnérables pour installer son fantasme totalitaire.

Nous avons aujourd’hui une responsabilité. Les élus de la République, de l’Elysée à notre conseil municipal ont une responsabilité. Les acteurs économiques, les institutions de tout genre ont une responsabilité. Les militants, ceux qui animent chaque jour le débat citoyen qu’ils soient des militants politiques, associatifs ou syndicaux ont une responsabilité. Les institutions religieuses ont une responsabilité. Les citoyens, tous ceux qui composent le peuple de France ont une responsabilité.

L’émergence inquiétante des fascismes, de la tuerie de Charlie hebdo au nom d’un islam qui n’aura jamais été tant trahi, de l’obscurité qui a entouré les manifs pour tous qui ont cru pendant des semaines et des mois expliquer à la société comment il fallait vivre, comment il fallait élever des enfants, comment il fallait faire l’amour également, de la victoire aux élections européennes du Front National de Marine Le Pen qui entremêle quotidiennement son positionnement anti-système à des revendications nauséabondes, peine de mort, stigmatisation aigüe et odieuse de l’étranger, de l’immigré, à la médiatisation sans précédent de penseurs sionistes ou islamophobes, à l’image de Houellebeck, Zeymour ou Finkelkraut, nous n’avons jamais tant été agressés, bafoués, pris pour des débiles, des assistés de la pensée.

Il faut dire que le terrain n’a jamais été aussi favorable. L’émergence des fascismes de toute nature, et surtout leur rapprochement, car sous couvert  de revendications différentes, voire opposées, ils servent les mêmes intérêts, les mêmes objectifs, ceux de casser le progrès pour laisser triompher la haine et de supprimer les libertés individuelles au profit d’un fantasme totalitaire.

Ce terrain favorable, c’est celui que Gramsci a décrit dans une citation effrayante d’actualité. « La crise, c’est quand le vieux monde se meurt, quand le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur, surgissent les monstres ». Citation aussi effrayante qu’elle porte en elle l’inexorable mouvement humain qui doit mener au progrès et à l’émancipation.

Lire la suite...

 

Pouvoir d'achat en berne, crise, austérité... pour d'autres choix politiques !

Tribune IMV de novembre. La question était posée par notre groupe : "Nombre d’Ivryens voient aujourd’hui leur pouvoir d’achat reculer. En tant qu'élus locaux, quels changements politiques doit-on réclamer pour sortir de cette spirale alarmante  ?".

Alors que le 1er décembre, une grande marche pour la justice fiscale a réuni plusieurs dizaine de milliers de personnes à Paris, Mehdi Mokrani a développer notre point de vue sur le rôle des élus municipaux :

Nous traversons une période politique sans précédent. Le pouvoir d’achat ne cesse de baisser, les nouvelles générations vivent moins bien que les précédentes. Moins de moyens pour vivre décemment, moins de capacité à nous projeter, à construire notre avenir.

La crise économique et financière serait responsable de cet abaissement indigne du niveau de vie des habitants de notre pays et de notre ville. Il faudrait que nous acceptions cette situation, que nous participions à l’effort national pour permettre la reprise et un juste retour des choses une fois que la situation sera rétablie.

Et si la crise venait de la réduction du pouvoir d’achat ? Et si la crise était alimentée par la baisse de l’emploi, par la non-augmentation des salaires, par la multiplication des licenciements et les destructions de services publics ?

Lire la suite...

 

Le budget 2014 de l’Etat a besoin de nouvelles recettes et non de réduire sur les services publics locaux !

Communiqué du groupe Front de Gauche au Conseil Général du Val-de-Marne :

Le projet de budget de l’Etat 2014 présenté le 25 septembre en Conseil des ministres poursuit un bien sombre scenario pour l’avenir des collectivités territoriales, avec notamment l’annonce de la réduction d’1,5 milliards des concours de l’Etat au secteur public local.

Si le gouvernement ne revenait pas sur une telle mesure, ce serait un nouveau coup porté dans les prochains mois aux services publics de proximité, à la solidarité et à l’investissement public créateur d’emplois puisque les collectivités territoriales réalisent 75 % de l’investissement public dans notre pays.

Nous voulons que le département du Val-de-Marne dispose des ressources nécessaires pour continuer à impulser des politiques innovantes et ambitieuses que sa majorité de gauche poursuit en matière de solidarité, d’éducation, de petite enfance, de culture, de formation, de logement, de transport, de développement économique, pour répondre aux besoins et aux attentes de tous ses habitants.


Lire la suite...

 

Crise, austérité... Ivry vote un budget ambitieux pour l'avenir !

Lors du dernier Conseil Municipal, la majorité municipale a voté pour le budget 2013 élaboré et travaillé depuis plusieurs mois. Ce budget se veut offensif, pour la maintien des services publics et des projets d'investissements, pour un mieux vivre à Ivry, malgré la crise et l'austérité imposée en Europe et en France.

Toutes les informations sur le budget 2013 voté en mars : http://www.ivry94.fr/actualites/democratie-locale/un-budget-ambitieux-malgre-tout/


Dès le mois de janvier, lors du débat d'orientation budgétaire au conseil municipal, Philippe Bouyssou, 1er adjoint communistes et partenaires en charge des finances, a présenté les grandes lignes de ce budget 2013.

Sur les orientations de fond, le Maire nous proposait [dans sa lettre de cadrage d'octobre 2012] de reconduire les priorités portées depuis 2009 – petite enfance, logement, jeunesse, santé, personnes âgées – en prenant appui sur trois piliers : la démocratie, le service public et le développement durable. Mais cela dans un cadre budgétaire contraint, impliquant la poursuite de la maîtrise des dépenses de fonctionnements, avec une évolution moyenne de 2,5 % du budget du personnel communal, un gel des autres dépenses de fonctionnement et la réévaluation des taux de fiscalité à hauteur de 1,5 %. L'objectif principal de ces orientations maîtrisées étant d'assumer le haut niveau de dépenses d'investissements – 37,2 millions d'euros pour 2013 – correspondant à nos arbitrages de l'an dernier dans le cadre de la programmation des investissements pluriannuels. Deux mots d'explication sur ces orientations.

Lire la suite...

 

Voeux de Pierre Gosnat, Maire d'Ivry : pour construire ensemble un autre monde !

Voeux de Pierre Gosnat - Maire d'Ivry-sur-Seine - 09 janvier 2013

Mesdames, Messieurs,
Chers Amis,

Au nom du Conseil Municipal et en mon nom personnel, je vous présente nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Permettez-moi tout d’abord de saluer la présence de nombreux élus, celle des représentants de la vie associative, la présence également de nos multiples partenaires (sans qui nos projets ne pourraient voir le jour) et puis bien entendu vous toutes et vous tous… Ivryennes, Ivryens, Val de Marnaises, Val de Marnais.

Mes premiers vœux s’adressent donc à vous, à vos familles, à vos proches, des vœux de bonheur, de santé et de réussite.

Que cette année 2013 vous permettent de réaliser vos souhaits les plus chers.


Toutefois, en dépit de ces vœux, je crains que trop nombreux… soient encore celles et ceux pour qui « demain » reste incertain, voir angoissant ! Alors, en ce début d’année, pourquoi ne pas s’interroger sur le monde que nous souhaiterions construire et vivre ?


Quelques « illuminés »… pour certains, « calculateurs » pour d’autres… avaient annoncé la fin du monde pour le 21 décembre. Il est évident que ces inepties ne servent qu’à instrumentaliser les peurs, l’irrationnel… et plus fondamentalement à exclure tout projet d’avenir. Une confidence (au passage), j’ai très bien dormi cette nuit là, avec au réveil… la conviction que si notre monde n’en était pas à sa fin, nous devrions néanmoins sérieusement travailler à sa renaissance.

En finir, en effet, avec ce monde de l’argent roi, de la déréglementation et de la concurrence entre les peuples, de ce système qui porte en lui les germes de la crise, des conflits armés et des inégalités.

Un monde qui compte plus d’un milliard d’êtres humains sous alimentés, alors que les 400 des plus grosses fortunes, de la planète disposent à elles seules de l’équivalent du PIB (Produit intérieur brut) de l’Inde, pays le plus peuplé de ce monde. Alors, comme l’écrivait le poète Louis Aragon disparu il y a tout juste 30 ans : « est-ce ainsi que les hommes vivent ? »

Non… le monde que nous appelons à nos vœux est tout autre !

Lire la suite...

 

Pour le maintien du Programme Européen d'Aides aux plus Démunis

Lors du conseil municipal du 22 novembre 2012, Frédéric Catalan a présenté, pour le groupe communistes et partenaires, au nom de la majorité, un voeu pour le maintien du Programme Européen d'Aides aux plus Démunis (PEAD).

A la veille de la rencontre entre les chefs d'Etat européens, il a rappelé notre volonté qu'en cette période de crise, les personnes les plus défavorisées ne soient pas doublement victimes.

Je vais ce soir vous présenter au nom du groupe communistes et partenaires ce vœu « pour le maintien du (PEAD) Programme Européen Aux Démunis ». (...)

Ce vœu s’avère nécessaire puisqu’au sein de l’Union Européenne  le financement de l'aide alimentaire est remis en cause. J’encouragerai donc tous les groupes politiques à le voter puisque notre soutien est sollicité par les  associations caritatives qui se sont fortement mobilisées : la Fédération française des banques alimentaires, la Croix Rouge, les Restos du cœur, hier, une centaine de militants du Secours populaire ont "mangé dans le vide" devant l'Assemblée nationale. Cette action militante appelée « air Food » a été pratiquée dans différents lieux pour sensibiliser les décideurs européens et médiatiser la cause des plus pauvres.

Le PEAD existe depuis 1987 à l’époque il s’agissait de faire profiter les plus démunis des excédents de la PAC. Ce programme, depuis plus de 25 ans, assure les besoins vitaux alimentaires de plus de 18 millions de personnes en grande difficulté.
Depuis l’année dernière certains pays au sein de l’Union, notamment l’Allemagne, déplorent que cette aide soit encore financée par la PAC alors que ces excédents n’existent pratiquement plus. Ces pays considèrent que la solidarité est une affaire nationale.

Lire la suite...

 

Pour l'avenir de nos territoires

Déclaration du groupe Front de Gauche du conseil général du Val-de-Marne :

Ensemble, donnons-nous les moyens de changer l'avenir de nos territoires !

En cette période où la crise sociale et économique frappe durement le pouvoir d’achat des familles, où le Conseil général et la Commune sont témoins de leur détresse, le rôle et l’intervention des collectivités territoriales sont plus que jamais indispensables.

Si contraintes financières et incertitudes affectent au quotidien chacun de nous, c’est le résultat de dix ans de politiques de droite où grandes conquêtes sociales et droits ont été mis à mal. La porte a été ouverte aux grandes puissances financières et aux grandes firmes pour délocaliser, fermer, casser activités, services publics, emplois.

Les val-de-marnais, avec la majorité des Français, ont décidé, lors des dernières élections, d’en finir avec ces gâchis et d’opter pour de réels changements. L’heure est venue de vrais choix structurels. Interrogations et exigences de changement s’intensifient.

En val-de-marne, nous voulons continuer à mener des politiques de réduction des inégalités sociales et territoriales, poursuivre notre engagement à soutenir concrètement et utilement les habitants : remboursement à 50 % de la carte imagine R, aide à la demi-pension pour les collégiens, ordinateur portable à tous les élèves de 6e, accueil de 4 500 bébés dans nos 76 crèches, Orbival le futur métro du Grand Paris Express.

Mais faut-il encore que les moyens nécessaires permettent aux collectivités d’avancer de nouveaux projets utiles, de nouveaux droits pour une société où l’humain fait loi.

Lire la suite...