Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - coopérative citoyenne

Fil des billets

Philippe Bouyssou, nouveau Maire d'Ivry !

Le Conseil Municipal extraordinaire du 7 février 2015 a élu Philippe Bouyssou nouveau Maire d'Ivry-sur-Seine, à la tête d'une équipe municipale remaniée.

  • Romain Marchand devient 1er Maire adjoint.
  • Mehdi Mokrani devient 13e adjoint chargé de la jeunesse et de l'action sociale. 
  • Bozena Wojciechowski reprend comme délégation la lutte contre toutes les discriminations et l'habitat.
  • Séverine Peter reprend comme délégation les NTIC.

La proposition de candidature de Philippe Bouyssou a été faite par Olivier Beaubillard, président du groupe Front de Gauche, communistes, parti de gauche, ensemble et citoyens. Voici son intervention :


Pour les élu-es du groupe Front de Gauche, la mort de Pierre, c’est le départ du premier d’entre nous.  Nous sommes aujourd’hui encore profondément émus. Au-delà de l’émotion se pose la conscience aiguë des responsabilités qui sont les nôtres pour poursuivre le programme Ivry au cœur que Pierre avait porté avec nous toutes et nous tous.

Ces deux semaines légales, après le décès de Pierre, pour réfléchir à sa succession, ont été particulièrement intenses. Dans ces conditions empreintes d’émotion, il nous aura fallu ne jamais perdre de vue, dans nos échanges et nos réflexions collectives, ce qui nous réunit et nous anime : choisir un Maire qui conduira avec l’équipe municipale remaniée, notre projet commun pour les Ivryennes et les Ivryens dans un contexte sans précédent de crise sociale, économique, écologique, politique, démocratique.

Le choix des politiques d’austérité et d’autorité fait par le gouvernement nous mène droit dans le mur. Nos concitoyens voient leur condition de vie régresser : le chômage ne cesse d’augmenter, les salaires de stagner, les retraites de diminuer, les politiques sociales de reculer. La solidarité, l’égalité des droits, la justice sociale, tous ces « conquis » inscrits dans notre ADN républicain par le Conseil National de la Résistance sont brisés, martyrisés, remis en cause pas-à-pas, systématiquement.

Des milliers d’enfants, de jeunes, de retraités, de familles subissent cette précarité qui devient insupportable. J’en profite pour rappeler que lorsqu’on dit qu’Ivry est une ville « riche », c’est beaucoup moins vrai pour ces habitants ! Quelques chiffres de l’INSEE au 31 janvier 2013, le revenu moyen est de 19 000 euros alors qu’il est de 26 500 dans le département ; le revenu médian est de 15 000 euros pour 21 000 dans le département ; le chômage de 15% pour 11% dans le Val-de-Marne. Cela nous donne un aperçu de l’ampleur des besoins, des efforts à fournir pour apporter des réponses de services publics pour tous.

Pour Ivry, terre de gauche, solidaire et populaire, belle et métissée, les orientations austéritaires et autoritaires du gouvernement vont en effet avoir des conséquences importantes. Je pense aux 20 millions d’euros en moins dans les dotations de l’Etat pour notre collectivité entre 2014 et 2017. Je pense aux réformes territoriales en cours, à contresens des processus historiques de décentralisation et de développement de la démocratie locale, qui centralisent et éloignent les lieux de décision des citoyens. Tout cela va considérablement limiter les marges de manœuvre dans le déploiement de services publics de proximité dont nos concitoyens ont pourtant terriblement besoins.

Lire la suite...

 

Pour une nouvelle ère de la démocratie !

La question d'Ivry Ma Ville du mois de septembre, posée par le groupe Convergences Citoyennes Ivryennes était : "Dans un contexte de hausse généralisée de l’abstention, comment faire en sorte que les Ivryens retrouvent le chemin des urnes ?". Bozena Wojciechowski, adjointe au Maire, a répondu pour le groupe Front de Gauche.


Bien comprendre les raisons de l’abstention est le premier pas pour répondre à cette question. Je ne suis pas sûre que l’objectif soit uniquement que les « Ivryens retrouvent le chemin des urnes ». Ce qui compte, ce sont deux mouvements : l’implication des citoyens dans la vie publique sous toutes ses formes et le sentiment d’appartenir à un collectif dont l’avenir dépend de chacune et de chacun.

La politique est devenue un monde professionnel, réservé à quelques-uns. Si, en plus, ces quelques personnes la détournent et en font n’importe quoi, il est bien normal que les citoyens s’en éloignent ! La politique souffre terriblement de ce que quelques responsables en ont fait : le pouvoir de décider s’est concentré dans les mains d’une minorité. Alors que c’est l’affaire de tous ! Confiscation du pouvoir et détournement de l’intérêt général vers l’intérêt particulier, voilà un cocktail mortifère !

Lire la suite...