Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - collectivités territoriales

Fil des billets

Charte de l'égalité homme/femme : on avance !

Egalement à l'ordre du jour du Conseil Municipale d'hier soir, la signature de la Charte européenne de l'égalité homme/femme dans la vie locale. Une réelle avancée sur un sujet porté depuis longtemps à Ivry de lutte contre le sexisme, les violences faites aux femmes et tendre vers l'égalité. Bahri Sebkhi est intervenu, au nom du groupe Front de Gauche, pour tracer des perspectives d'actions sur ce chemin encore long.



Récemment, sur des panneaux publicitaires dans la Ville, on a pu voir figurer plusieurs publicités. C’était à l’approche du salon de l’automobile 2014, à Paris, une campagne pour un nouveau site de rencontre. L’idée est simple : se servir de ce rendez-vous des plus belles voitures, a priori apprécié par un public masculin.
4 publicités scandaleuses, profondément sexistes.
Voici les slogans : « Préférez-vous une berline allemande ou une berlinoise ? » / «  Les Françaises aussi ont de belles carrosseries » /« Une belle italienne n’a pas nécessairement 4 roues ». Et la palme : « Pas besoin d’aller au salon de l’auto pour tester les nouveaux modèles ».

Alors voilà à quoi se résume une femme : à une voiture ! Carrosserie, berline, modèle à essayer, tout y est. C’est le règne instauré de la « femme-objet » : elle est définitivement désignée comme tel ! Pire : on bascule dans la « femme-jouet ». Gros seins, fesses arrondies, robes moulantes, cheveux longs et détachés, passe encore, on connaissait.
Mais que dire de cette 4e publicité qui montre une femme « prise » à l’arrière d’une voiture, comme on essayerait la nouvelle Clio ?! Que sera donc la prochaine étape : un site de tunning pour femme ? Rajoutez lui des gros seins, gonflez lui les lèvres, raffermissez lui les fesses…  Et après, un site de test aussi ?! 

C’est une véritable violence faite aux femmes, qui montre à quel point nous sommes loin du compte dans le dépassement du patriarcat, dans l’égalité des sexes.
Au lieu de se concentrer à faire la guerre aux femmes voilées, et créer des lois qui vise d’abord les femmes, et devrait aboutir à exclure les plus vulnérables d’entre elle du monde du travail, comme si elles étaient de trop dans cette société, la République ferait bien mieux de regarder aussi ce qui se passe et s’affiche sous ses yeux, dans ses rues, sur le petit et le grand écran, dans les entreprises, les services publics, et d’agir pour que les inégalités de droits et de traitement entre les hommes et les femmes soient enfin abolies, en acte !

Simone de Beauvoir  a dit : «N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question.» A Ivry, cela fait longtemps que la lutte contre le sexisme, contre toutes les discriminations d’ailleurs, est définie comme une cause majeure. Une délégation du Maire existe, portée aujourd’hui par Bozena. Depuis plusieurs années, un poste de chargé de mission a été créé pour travailler, avec tous les services, à organiser des actions de sensibilisation, d’information, de commémoration dans le cadre de journées nationales ou européennes, en direction des Ivryennes et des Ivryens.

Même s’il y a plein de domaines où l’on peut encore progresser. Par exemple contre les violences faites aux femmes, trop mal connues et prévenues. Dans la sensibilisation, aussi, des jeunes notamment. Il pourrait y avoir plus de travail avec les écoles, les collèges et les lycées.

Lire la suite...

 

Débat d'Orientation Budgétaire : ne nous laisson pas tondre !

Hier soir, le Conseil Municipal était notamment consacré au débat d'orientation budgétaire. L'occasion, pour le groupe des élu-es Front de Gauche d'Ivry, de rappeler la nécessaire bataille budgétaire à mener devant la politique d'austérité dramatique imposée par le gouvernement. Avec une petite surprise : un duo d'intervenante ! Sarah Misslin et Ouarda Kirouane.

Notre ville est une « ville-monde ». Riche de son dynamisme, de sa population, riche de sa volonté toujours plus forte d’améliorer le « bien vivre ensemble ». Cette volonté est portée par ses élu-e-s, ses agents du service public et par ses citoyens. A Ivry on peut s’épanouir, se rencontrer, se cultiver, travailler, grandir. A Ivry nous avons la vie au cœur. L’Etat, dans ses grandes heures de la décentralisation des pouvoirs et des services publics vers le local avait aidé notre volonté à se réaliser. Ce principe de transfert de charges et de compétences se doublait alors d’un principe de compensation. Deux leviers leur étaient assurés :

  • D’une part, les entreprises contribuaient par la taxe professionnelle au développement du cadre de vie dont elles et leurs salariés bénéficiaient ;
  • D’autre part, l’Etat compensait ce déplacement de l’action publique vers les collectivités par des dotations de compensation, de fonctionnement.

Mais depuis quelques temps, les coups de rabot se font de plus en plus durs pour les collectivités locales. En 2008 pour la première fois, le gouvernement choisit  d’indexer les compensations sur la seule inflation et non plus sur la croissance. Puis, en 2010,  Sarkozy décide de supprimer la taxe professionnelle, seule source de recettes fiscales liée aux entreprises avec un système de compensation de l’Etat  indexé sur les recettes de 2010. Autrement dit, le développent de l’activité économique sur le territoire des communes ne rapportera plus rien.
En 2011 gel des dotations de compensation aux collectivités ; puis en 2012, Hollande prend la suite, maintient le gel avant d’accélérer le processus en 2014 avec une baisse des concours de l’Etat de 1,5 Milliards d’euros. Et pour la période 2015-2017, ce sera 11 milliards en moins !

Cette politique, c’est celle de l’austérité ! C’est laisser croire que l’Etat, donc la puissance publique, vit au-dessus de ses moyens, que le déficit public et la dette sont insoutenables, que les collectivités territoriales sont trop dépensières et creusent le déficit et la dette. Nous assistons à une litanie de discours idéologiques : car, oui, le libéralisme, le capitalisme tout comme le réalisme et le pragmatisme sont des idéologies !

Mais des voix différentes s’élèvent, tout aussi sérieuses, tout aussi expertes et qui peinent à pouvoir s’exprimer : celles des économistes atterrés, d’Attac, et d’une myriade de progressistes. C’est la nôtre, également. Nous le redisons ce soir avec force : l’austérité n’est pas un principe de gestion, c’est l’un des outils de mise en place d’un véritable projet de société. L’austérité n’est pas imposée à tout le monde, quand il y a en France toujours plus de millionnaires et milliardaires et toujours plus de pauvres. Le rapport de force est en faveur des banques et des spéculateurs. Mais les peuples doivent se faire entendre comme en Grèce où Siriza est un espoir autant que le début d’une lutte. La justice est aujourd’hui plus encore une nécessité. N’oublions pas que près de la moitié de notre dette correspond aux intérêts de la dette !

Lire la suite...

 

Rythmes scolaires : expérimentation et évaluation à poursuivre..

Hier soir, au Conseil Municipal, un voeu du PS était proposé sur les rythmes scolaires. Marie Piéron est intervenue, au nom du groupe Front de Gauche d'Ivry, pour rappeler le sens et les objectifs de l'organisation à Ivry. 1 an et demi d'expérimentation pour prendre le temps de l'évaluation, devant des bouleversements importants pour les élèves, les acteurs de l'école et les familles. 1 an et demi pour avancer ensemble pour un mieux d'école.

Le vœu qui nous est présenté ce soir, nous en partageons des éléments : mais dans sa forme, ses sous-entendus et certaines de ses conclusions, il n’est pas acceptable.

Tout d’abord, je voudrais rappeler notre opposition initiale à cette réforme des « rythmes scolaires » et plus globalement à la loi de refondation de l’école proposée par Vincent Peillon. Ces ambitions pourraient paraître nobles – « la réussite de tous les élèves » -, la réalité des orientations politiques et déclinaisons proposées l’est beaucoup moins. Je ne redirai pas ce soir tout ce qui nous a poussés dès 2013 à nous y opposer. Un seul élément, peut-être, une idée-phare : pourquoi donc, alors que l’école est en crise, de sens, de contenu et d’égalité, n’avoir pas réintroduit les 2h de classes supprimées en 2008 par Darcos ?! La réponse est simple : l’Education nationale n’en a pas les moyens, prise dans la tenaille des politiques d’austérité.

Alors, la réponse a été d’imposer cette réforme comme un transfert de charge vers les collectivités territoriales, en faisant glisser du temps scolaire sur le périscolaire, avec les conséquences que l’on connaît : une disparité incroyable entre les territoires. A ce titre, il est étonnant de parler de la « singularité du projet ivryen », à moins qu’il ne s’agisse uniquement du choix minoritaire du samedi matin comme demi-journée supplémentaire. Car, à la lecture des organisations retenues pour les 47 communes du Val-de-Marne, il y a de quoi se demander où est aujourd’hui l’unité nationale du temps de l’école ! Et c’est précisément ce que nous refusions au moment de la présentation du projet de loi : cette territorialisation de l’éducation.

Ce choix d’organisation, ainsi que tous les projets mis en place (amélioration de l’interclasse, mise en place d’atelier-étude le soir) n’ont pas été imposés sans tenir compte des avis. Sans polémiquer inutilement, la concertation ne s’est pas limitée aux trois questionnaires, mais à de multiples rencontres, débats, temps d’information, grands formats etc. Disons clairement les choses : elle a probablement été insuffisamment travaillée, biaisée par l’approche des élections municipales. En tout état de cause, la décision finale s’est appuyée sur l’ensemble des avis.

Lire la suite...

 

Billet d'humeur du lundi

Un coup d’état contre la démocratie locale !

Avec sa réforme territoriale actuellement votée au pas de course, le coup d’état est en marche !

La semaine dernière, les députés ont voté la réduction de 22 à 13 régions : nous y voilà, comme le voulait François Hollande, aux régions à « taille européenne » pour plus de compétitivité, unique boussole qui ne réduit pas et réduira jamais le chômage. En parallèle, l’incertitude plane toujours sur l’avenir  des départements : pendant un temps, Manuel Valls a annoncé leur disparition pure et simple, notamment avec la création des grandes métropoles. Puis, il s’est ravisé, notamment pour les départements ruraux. Reste que le Val-de-Marne a « vocation à disparaître », pour reprendre son expression favorite, avec la création de la métropole du Grand Paris !

Enfin, les intercommunalités vont être renforcées, les communes vont perdre leur clause de compétence générale qui leur permet de développer des politiques publiques dans tous les domaines pour se recentrer sur « leurs » missions : sécurité, état civil, école, voirie. Et puis basta ! Tout cela, bien sûr, avec une baisse continue des dotations aux collectivités territoriales de 11 milliards en 3 ans.

De mensonge en recul, le tout sans jamais aucun référendum sur des enjeux pourtant essentiels dans nos vies, voici que l’objectif se précise : liquider la démocratie locale, tous les services publics utiles que les collectivités territoriales développent. Et à la place, le centralisme technocratique de gestion, éloigné des gens, de leurs vies, de leurs préoccupations, de leurs besoins. Et surtout de leur pouvoir ! Place à libéralisation des marchés, à la privatisation des services publics ! Alors qu’il y a une véritable urgence sociale, économique, démocratique, écologique, celle-ci est bafouée au nom d’intérêts bien éloignés de nous toutes et tous.

A cela, nous disons : NON, PLACE AUX CITOYENS !!!

Rendez-vous mercredi 26 novembre à 19h30 à l’Espace Robespierre pour en discuter, en débattre, avec nous, et avec les Ivryennes et les Ivryens. Construisons notre avenir, ensemble !

Lire la suite...

 

Pour un nouvel élan démocratique, prenons la parole !

Nous vous invitons à une grande rencontre-débat

« Démocratie et territoire : construisons l’avenir » -

Mercredi 26 novembre à 19h30 -

Espace Robespierre, salle 5 (2e étage)

En présence de : Philippe Bouyssou (1er adjoint au Maire), Pascal Savoldelli (Vice-Président du CG), Catherine Tricot (urbaniste)…

Après la loi d’affirmation des métropoles, la nouvelle réforme territoriale annoncée est en train d’être adoptée au pas de charge, sans débat ni concertation. Il s’agit de changements majeurs : c’est un véritable coup d’état !

Au programme : création de la Métropole du Grand Paris, regroupement forcé des régions et suppression des départements en 2021, suppression de la clause de compétence générale pour les communes, les départements et les régions, qui leur permet de développer des services publics dans tous les domaines. Sans parler de la diminution de 11 milliards d’euros des dotations aux collectivités locales : pour Ivry, c’est 20 millions en moins en 3 ans !

Lire la suite...

 

Ivry se déclare Ville hors Tafta !!

Hier soir, au Conseil Municipal, un voeu proposé par Europe Ecologie Les Verts et porté par la majorité, a été voté pour demander l'arrêt des négociations sur le Grand Marché Transatlantique. L'opposition de droite et du Parti Socialiste n'a pas souhaité voter ou s'est abstenue prétextant que cela ne concernait pas Ivry. Mourad Tagzout est intervenu, pour les élu-es Front de Gauche, rappelant notre opposition ferme à un projet anti-démocratique qui va considérablement impacter nos vies.

L’Union Européenne à 28 pays est le premier importateur et exportateur mondial. Les Etats-Unis sont le premier partenaire de l’UE qui exporte pour plus de 15% et importe pour près de 12%, selon les chiffres de la commission européenne.

Autant dire qu’en termes d’échanges, tout se passe plutôt bien ! Alors pourquoi un Grand Marché Transatlantique ? Pourquoi ce Traité de « libre-échange » communément appelé TAFTA ?

Soyons clair : c’est une bataille idéologique et politique, ni plus ni moins. L’objectif est d’engager toujours plus loin les Etats dans un libéralisme économique absolu. Et je dis bien uniquement économique : parce que dès le début des années 2000, alors que l’UE prône la libre circulation des hommes et des marchandises, alors qu’il est déjà question d’un grand marché libéré de toutes barrières commerciales, l’UE a créé Frontex, Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures !

Autrement dit, on veut la liberté pour le commerce, mais surtout pas pour les êtres humains !!

Lire la suite...

 

Billet d’humeur du lundi

Un rapport qui tombe à pic ?!

Alors que le gouvernement s’entête dans l’austérité et la rigueur, mais que la courbe du chômage ne s’inverse pas et la croissance ne repart pas ; alors qu’avec sa « réforme territoriale » en préparation, il s’attaque de façon brutale et inédite à la décentralisation, aux collectivités territoriales qui assurent pourtant une part considérable des politiques publiques peu à peu abandonnées par l’Etat et dont les citoyens ont terriblement besoin ; voilà que la Cour des Comptes va publier un rapport – encore un – sur les dépenses des collectivités territoriales. Ah, cette rengaine, encore et toujours !

En 2013, donc, elles auraient « dérapé », augmentant leur masse salariale et leur dette. Tout est parfait pour justifier le projet de loi de finance du gouvernement qui prévoit 11 Milliards de moins en 3 ans pour les collectivités territoriales. Oui, mais voilà, on oublie toujours de dire pourquoi elles font ses dépenses !

Les départements voient s’envoler leur facture sociale (RSA, allocations etc) ? Mais pourquoi si ce n’est parce que le chômage n’a jamais été aussi haut, et la précarité si importante !

Les communes se sont endettées ? Mais pourquoi donc si ce n’est parce que pour la première fois l’Etat a gelé puis baissé leurs dotations tandis qu’il transfère encore et toujours plus d’actions publiques ! 2013, par exemple, est l’année de mise en place dans 4 000 communes de la réforme des rythmes scolaires.

Les collectivités augmentent leur masse salariale ? Mais s’il y a de nouvelles actions à mener, il faut bien des agents territoriaux pour le faire ! Et puis 2013 était la dernière année de mise en place des intercommunalités exigée par la loi, ce qui nécessite un minimum d’embauches administratives : c’est le cas pour notre Communauté d’Agglomération Seine Amont. 

Les collectivités ont augmenté leurs investissements de 8% ? Mais comment oublier de dire qu’elles opèrent 70% des investissements publics quand l’Etat n’investit plus pour la rénovation urbaine (ANRU), pour le logement social (OPHLM), pour la petite enfance (crèche), pour la santé (CMS) etc.

Arrêtons : ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain ! Les économies à faire ne se trouve pas là, mais par exemple dans les 20 milliards de fraude aux cotisations sociales des entreprises. Qu'on se le dise, les collectivités territoriales, leur impact local, leur engagement dans la proximité, leurs politiques publiques sont plus que jamais utiles aux habitants.

Olivier Beaubillard, Président du groupe des élus Front de Gauche

Lire la suite...

 

Finances : sortons de la spirale de l'austérité !

Au dernier Conseil Municipal, le budget primitif 2013 était à l'ordre du jour. Avec un constat : pour la première fois, la Ville d'Ivry a des recettes inférieures aux années précédentes. Ouarda Kirouane, nouvelle conseillère municipal du groupe Front de Gauche, est intervenue pour rappeler l'urgence d'un changement de cap politique national pour sortir de l'austérité dangereuse.

Je remercie Mehdi pour cette présentation qui nous éclaire sur la situation financière de la ville pour l’année 2013. Il me paraît plus qu’important de souligner un fait historique pour notre ville : pour la première fois, en 2013, nos recettes sont en recul malgré une hausse légère des impôts calée sur l’inflation, qui ne compensera jamais la perte des dotations. Ce qu’il faut mesurer, c’est qu’en 2013, le gouvernement a voté un budget de moins 1,5 milliards d’euros pour les collectivités territoriales, ce qui se traduit pour Ivry, par une perte nette de moins 1,3 millions d’euros.

La politique d’austérité ne s’arrête pas là ! En 2014, le gouvernement a annoncé pour la période 2015-2017, moins 11 milliards d’euros pour les collectivités, soit une prévision pour notre ville de moins 20 millions d’euros.

Alors ? Comment s’adapter à cette politique d’austérité qui va à l’encontre de la dynamique de progrès social? Comment compenser cette perte de dotation annuelle de 5 millions d’euros sans impacter de façon brutale la vie des Ivryennes et Ivryens ?

Lire la suite...

 

Manuel Valls signe l’arrêt de mort de la décentralisation.


Déclaration de Christian Favier, Sénateur, Président du Conseil Général du Val-de-Marne : 

Je viens d’entendre le premier Ministre, Manuel Valls, prononcer son discours de politique générale. J’ai été particulièrement surpris, d’entendre dans la bouche du premier ministre une charge d’une rare violence contre les collectivités locales, la décentralisation et la démocratie de proximité. S’il fallait rassurer Bruxelles et Berlin quant à la volonté du pouvoir actuel de poursuivre et d’accélérer les réformes engagées par Nicolas Sarkozy, et bien c’est fait, et de la manière la plus brutale.

Après avoir repris la mauvaise scie Sarkozyste du « millefeuille » territorial, Manuel Valls a annoncé la diminution des dotations aux collectivités locales de 10 milliards d’euros, la suppression de la clause de compétence générale pour les départements et les régions, la rationalisation de la carte de l’intercommunalité, le regroupement forcé des régions et pour finir, la suppression de tous les départements en 2021…

C’est l’arrêt de mort de la décentralisation.

Lire la suite...

 

Pour une métropole de Paris juste, humaine, coopérative et appuyée sur la richesse des territoires !

Hier soir, en Conseil Municipal, le débat a été ouvert sur l'avenir de nos territoires franciliens par rapport au projet de loi en cours d'élaboration et de discussion par les parlementaires sur la Métropole du Grand Paris.

Méhadée Bernard, Présidente du groupe communiste et partenaires, est intervenue pour rappeler la richesse des politiques publiques existantes, leur nécessaire développement pour plus de démocratie, de services publics et de proximité avec les citoyens, autant d'ambitions balayées par le projet de loi du gouvernement.

Ce qui nous guide et doit nous guider, absolument, c’est l’intérêt des citoyens, l’amélioration constante de la vie de toutes et tous pour l’émancipation humaine. Ce soir, et dans la réflexion sur l’avenir de la métropole, c’est cela qu’il faut regarder.

Il est vrai qu’aucune ville, en Ile-de-France, ne peut se construire seule, dans une bulle. Personne - et sûrement pas les élu-es communistes et partenaire qui travaillent à l’évolution de cette ville depuis tant d’années - n’a voulu faire d’Ivry un « petit village gaulois ». Ivry, ville « refuge », certes,  ville « solidaire », c’est l’évidence, pour gagner des droits nouveaux pour toutes les citoyennes et de tous les citoyens. Mais aussi, Ivry ville ouverte : ouverte sur le monde, ouverte à ses voisines, ouverte à l’échange et au partage, une ville perméable et sensible.

Nous avons bâtit, construit ensemble cette ville à la fois dynamique, métissée, solidaire et innovante. Cette ville fière et engagée, cette Ivry que nous aimons.

Lire la suite...

- page 1 de 6