Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - citoyens

Fil des billets

Rythmes scolaires : expérimentation et évaluation à poursuivre..

Hier soir, au Conseil Municipal, un voeu du PS était proposé sur les rythmes scolaires. Marie Piéron est intervenue, au nom du groupe Front de Gauche d'Ivry, pour rappeler le sens et les objectifs de l'organisation à Ivry. 1 an et demi d'expérimentation pour prendre le temps de l'évaluation, devant des bouleversements importants pour les élèves, les acteurs de l'école et les familles. 1 an et demi pour avancer ensemble pour un mieux d'école.

Le vœu qui nous est présenté ce soir, nous en partageons des éléments : mais dans sa forme, ses sous-entendus et certaines de ses conclusions, il n’est pas acceptable.

Tout d’abord, je voudrais rappeler notre opposition initiale à cette réforme des « rythmes scolaires » et plus globalement à la loi de refondation de l’école proposée par Vincent Peillon. Ces ambitions pourraient paraître nobles – « la réussite de tous les élèves » -, la réalité des orientations politiques et déclinaisons proposées l’est beaucoup moins. Je ne redirai pas ce soir tout ce qui nous a poussés dès 2013 à nous y opposer. Un seul élément, peut-être, une idée-phare : pourquoi donc, alors que l’école est en crise, de sens, de contenu et d’égalité, n’avoir pas réintroduit les 2h de classes supprimées en 2008 par Darcos ?! La réponse est simple : l’Education nationale n’en a pas les moyens, prise dans la tenaille des politiques d’austérité.

Alors, la réponse a été d’imposer cette réforme comme un transfert de charge vers les collectivités territoriales, en faisant glisser du temps scolaire sur le périscolaire, avec les conséquences que l’on connaît : une disparité incroyable entre les territoires. A ce titre, il est étonnant de parler de la « singularité du projet ivryen », à moins qu’il ne s’agisse uniquement du choix minoritaire du samedi matin comme demi-journée supplémentaire. Car, à la lecture des organisations retenues pour les 47 communes du Val-de-Marne, il y a de quoi se demander où est aujourd’hui l’unité nationale du temps de l’école ! Et c’est précisément ce que nous refusions au moment de la présentation du projet de loi : cette territorialisation de l’éducation.

Ce choix d’organisation, ainsi que tous les projets mis en place (amélioration de l’interclasse, mise en place d’atelier-étude le soir) n’ont pas été imposés sans tenir compte des avis. Sans polémiquer inutilement, la concertation ne s’est pas limitée aux trois questionnaires, mais à de multiples rencontres, débats, temps d’information, grands formats etc. Disons clairement les choses : elle a probablement été insuffisamment travaillée, biaisée par l’approche des élections municipales. En tout état de cause, la décision finale s’est appuyée sur l’ensemble des avis.

Lire la suite...

 

Pour une nouvelle ère de la démocratie !

La question d'Ivry Ma Ville du mois de septembre, posée par le groupe Convergences Citoyennes Ivryennes était : "Dans un contexte de hausse généralisée de l’abstention, comment faire en sorte que les Ivryens retrouvent le chemin des urnes ?". Bozena Wojciechowski, adjointe au Maire, a répondu pour le groupe Front de Gauche.


Bien comprendre les raisons de l’abstention est le premier pas pour répondre à cette question. Je ne suis pas sûre que l’objectif soit uniquement que les « Ivryens retrouvent le chemin des urnes ». Ce qui compte, ce sont deux mouvements : l’implication des citoyens dans la vie publique sous toutes ses formes et le sentiment d’appartenir à un collectif dont l’avenir dépend de chacune et de chacun.

La politique est devenue un monde professionnel, réservé à quelques-uns. Si, en plus, ces quelques personnes la détournent et en font n’importe quoi, il est bien normal que les citoyens s’en éloignent ! La politique souffre terriblement de ce que quelques responsables en ont fait : le pouvoir de décider s’est concentré dans les mains d’une minorité. Alors que c’est l’affaire de tous ! Confiscation du pouvoir et détournement de l’intérêt général vers l’intérêt particulier, voilà un cocktail mortifère !

Lire la suite...

 

Pour une métropole de Paris juste, humaine, coopérative et appuyée sur la richesse des territoires !

Hier soir, en Conseil Municipal, le débat a été ouvert sur l'avenir de nos territoires franciliens par rapport au projet de loi en cours d'élaboration et de discussion par les parlementaires sur la Métropole du Grand Paris.

Méhadée Bernard, Présidente du groupe communiste et partenaires, est intervenue pour rappeler la richesse des politiques publiques existantes, leur nécessaire développement pour plus de démocratie, de services publics et de proximité avec les citoyens, autant d'ambitions balayées par le projet de loi du gouvernement.

Ce qui nous guide et doit nous guider, absolument, c’est l’intérêt des citoyens, l’amélioration constante de la vie de toutes et tous pour l’émancipation humaine. Ce soir, et dans la réflexion sur l’avenir de la métropole, c’est cela qu’il faut regarder.

Il est vrai qu’aucune ville, en Ile-de-France, ne peut se construire seule, dans une bulle. Personne - et sûrement pas les élu-es communistes et partenaire qui travaillent à l’évolution de cette ville depuis tant d’années - n’a voulu faire d’Ivry un « petit village gaulois ». Ivry, ville « refuge », certes,  ville « solidaire », c’est l’évidence, pour gagner des droits nouveaux pour toutes les citoyennes et de tous les citoyens. Mais aussi, Ivry ville ouverte : ouverte sur le monde, ouverte à ses voisines, ouverte à l’échange et au partage, une ville perméable et sensible.

Nous avons bâtit, construit ensemble cette ville à la fois dynamique, métissée, solidaire et innovante. Cette ville fière et engagée, cette Ivry que nous aimons.

Lire la suite...

 

Métropole du Grand Paris, une succession de mauvais coups contre les communes. Non au recul démocratique !

Au lendemain de la présentation en Conseil des Ministres du projet de loi sur la Métropole (Grand Paris) par Marylise Lebranchu, les élu-es Front de Gauche du Val-de-Marne s'inquiète de cette proposition de réforme territoriale qui met en péril le développement démocratique.

Déclaration de Christian Favier, Sénateur - Président du Conseil Général du Val-de-Marne :

Je viens de prendre connaissance des amendements portant sur la métropole du Grand Paris déposés ce mercredi 3 juillet par le gouvernement en commission des lois de l’Assemblée nationale.

Je suis stupéfait devant ce qui s’apparente à une succession de mauvais coups contre les communes des départements de petite couronne au profit d’une nouvelle instance technocratique éloignée de la vie et des citoyens.

Mauvais coup par la forme : en pleine période estivale, sans aucune concertation ni avec les élus, ni avec les populations.

Mauvais coup sur le fond : cette métropole, administrée par un conseil d’élus de deuxième rang, rassemblant 124 communes et plus 6,7 millions d’habitants (56% de la population régionale et 10% de la population nationale !) disposera de pouvoirs immenses, en matière d’aménagement, d’urbanisme, de logement et de transition énergétique. C’est la porte grande ouverte à un retour aux errements du passé, au temps où Paris imposait ses logements sociaux, ses cimetières, ses entrepôts aux communes de banlieue. En fait de modernité, cette métropole incarne le retour vers un passé que les territoires de banlieue espéraient enfin révolu.

Lire la suite...

 

Réforme du temps scolaires : il faut un débat le plus large possible à Ivry

Tribune Ivry-Ma-Ville de juillet-août 2013. La question posée par le groupe Gauche Radicale, Ecologiste, Citoyenne et Socialiste  était : "La municipalité a engagé un vaste débat sur la réforme des rythmes scolaires. Celle-ci doit être effective à la rentrée 2014. Comment faire à Ivry pour continuer à maintenir, développer les activités périscolaires, artistiques et culturelles en direction de nos enfants ?".

Fabienne Oudard répond pour les élu-es communistes et partenaires * :

Le débat sur la réforme des temps scolaires, promulguée par décret, est engagé à Ivry. Plusieurs rencontres ont permis de partager la nécessité de modifier durablement l’organisation du temps de classe et des activités périscolaires.

Dans le même temps, elles ont toutes suscité des interrogations, fait remonter des inquiétudes légitimes, tant chez les professionnels du monde éducatif – professeurs, animateurs, ATSEM – que chez les parents.

Inquiétudes, tout d’abord, parce que le décret est volontairement ouvert sur les cadres d’organisation des nouveaux temps scolaires, à savoir les 3h libéré dans la semaine et transféré à une demi-journée supplémentaire. Travaillera-t-on le mercredi ou le samedi matin ? La pause méridienne sera-t-elle allongée ? Les enfants finiront-ils plus tôt tous les jours ? Autant de questions ouvertes que le décret laisse à l’appréciation des Projet Educatif De Territoire à construire, au risque d’aboutir à de grandes disparités territoriales.

Inquiétudes, ensuite, sur les moyens mis à disposition par l’Etat, et la répartition des charges entre Education Nationale et collectivités territoriales, dans un contexte de restriction des budgets et des dotations aux collectivités.

Lire la suite...

 

La République va mal, réinventons-là !

Tribune Ivry-Ma-Ville de juin 2013. la question posée par le groupe Europe Ecologie Les Verts était : "Alors que les Français sont 86% à soutenir le non-cumul des mandats pour favoriser le renouvellement de la classe politique, ne pensez-vous pas qu'il est urgent de légiférer sur le mandat exécutif unique  ? " .

Mehdi Mokrani répond pour le groupe communiste et partenaires : 

La République va mal, très mal. Elle chancèle. Et pas seulement à cause de la corruption. La corruption est inadmissible, la corruption gangrène, mais la corruption se combat. Notre République va mal parce qu’elle ne sait plus pourquoi elle existe, parce que le peuple ne s’en sent plus comptable, moteur, parce que les dirigeants ne font plus vivre la République pour le peuple, mais pour l’intérêt des profits et des marchés financiers.

L’écart ne cesse de se creuser entre le peuple et ses représentants, entre les attentes et les réalisations. La droite est passée par là, mais la politique menée par le gouvernement de gauche aujourd’hui n’arrange rien à la situation.

Alors oui, nous sommes pour une législation rapide sur le non cumul des mandats, nous sommes persuadés que ça pourrait être un signe pour le peuple de France, pour lui signifier que ses représentants veulent renouer avec l’humilité, la noblesse de leur fonction. Nous l’avons déjà dit dans une tribune il y a quelques mois.

Au moment d’écrire cette tribune, nous étions déjà persuadés que cette législation ne serait qu’un « sparadrap », aujourd’hui notre point de vue s’est renforcé.

Lire la suite...

 

Assemblée citoyenne : construisons ensemble la 6ème république !

Ce soir, les "sans culottes" d'Ivry invitent à construire ensemble la 6ème république : constitution, mode d'élection, représentation, pouvoir citoyen, pouvoir dans les entreprises... autant de questions essentielles à dépasser la 5ème république, désormais à bout de souffle.

Rendez-vous pour en débattre tous ensemble ce mardi 28 mai 2013 à 20h30 à la Maison de la Citoyenneté Jean-Jacques Rousseau.


En présence de : Laurence Cohen, sénatrice du Val-de-Marne et François Delapierre, secrétaire national du Parti de Gauche

La 5e République est à bout de souffle ! Révisée 24 fois depuis son entrée en vigueur en 1958, cette Constitution que certains appelaient à l’époque le « coup d’Etat permanent » est aujourd’hui bien malade :
 

Lire la suite...