Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - OPH

Fil des billets

Conseil municipal de l'opposition : une place pour la droite au CA de l'OPH ?

L'une des délibérations proposées par le groupe des droites demandait la représentation de leur groupe au conseil d'administration de l'Office Public de l'Habitat. Ouarda Kirouane, récemment élue vice-présidente de l'OPH, est intervenue pour le groupe des élu-es Front de Gauche, rappelant qu'à Ivry, la place de l'opposition municipale est conséquente. pour preuve ce conseil municipal de l'opposition !

Les Offices Publics de l’Habitat vivent des jours difficiles. Depuis plusieurs années, ils sont la cible d’intérêts qui ont amené les gouvernements successifs, de l’UMP et du PS, a cassé progressivement leur statut « public ». Je pense à la loi de 2006-2007 rapprochant les OPHLM et les OPAC et généralisant le statut d’Établissement public à caractère industriel et commercial, ce qui change : le statut des agents qui ne sont plus des fonctionnaires, le choix désormais possible entre une comptabilité publique ou commerciale, le rattachement des offices à une collectivité territoriale avec une représentation majoritaire etc.  Et avec la création de la métropole, voici que les offices pourraient être rattachés aux fameux « territoires » de plus de 300 000 habitants, de quoi susciter beaucoup d’inquiétude sur leur avenir !

Cela s’est fait au nom de l’efficacité, de la simplification, de la modernisation, mais n’a en fait qu’un objectif : l’austérité et la casse du service public. D’autant plus avec la pénurie de construction de logement.

A ce titre, la droite en responsabilité n’est clairement pas favorable au logement social et peu encline a faire d’effort, sauf éventuellement pour réserver ces logements aux plus pauvres de façon limité : en d’autres termes, ghettoïser (c’est l’une des arrêtes du surloyer introduit en 2007 par N. Sarkozy). Voyez dans le Val-de-Marne : prenez les 10-15 villes ayant le taux de logement social le plus élevé, elles sont quasi toutes de gauche, et surtout communistes ! Prenez les 10-15 dernières, et bien elles sont toutes de droite ! (Vincennes, Saint Maurice, Charenton…).

Alors voilà que l’opposition municipale de droite à Ivry s’intéresse au logement social et demande d’intégrer le Conseil d’Administration de l’OPH !

Lire la suite...

 

Le 21 mai : un Conseil Municipal de l'opposition !

Jeudi 21 mai, le Conseil Municipal sera exceptionnellement consacré à l'opposition : chaque groupe de l'opposition peut proposer 3 délibérations travaillées avec les services municipaux. Cette opportunité, inscrite dans notre règlement intérieur, est assez unique en France. Encore faut-il que chaque groupe de l'opposition s'implique, avec sérieux, ce qui n'est pas forcément le cas à la vue de l'ordre du jour...

Ordre du jour du prochain Conseil : 

DEMOCRATIE - POINT A
Organisation d’un référendum local en vue de la création d'une police municipale à Ivry-sur-Seine
Sur la proposition du groupe "L'Alternative pour Ivry" - Rapporteur : Sébastien Bouillaud

ESPACES PUBLICS - POINT B
Règlementation de l'occupation et usage de l'espace public
Sur la proposition du groupe socialiste - Rapporteur : Alexandre Vallat Siriyotha

DOMAINE PUBLIC - POINT C
Proposition de changement de dénomination de la cité Marat en cité Charlotte Corday
Sur la proposition du groupe "L'Alternative pour Ivry" - Rapporteur : Marie Andria

DEMOCRATIE - POINT D
Simplification des démarches administratives et
citoyennes. Instauration d’un « guichet citoyen »
Sur la proposition du groupe socialiste - Rapporteur : Sandrine Bernard

DISPOSITIONS ORGANIQUES - POINT E
Office public de l'habitat (OPH)
Modification de la délibération du 10 avril 2014 : Nouvelle désignation des membres du Conseil municipal
Sur la proposition du groupe "L'Alternative pour Ivry" - Rapporteur : Régis Leclercq

ENSEIGNEMENT - POINT F
Modification du projet éducatif de territoire (PEDT)
Sur la proposition du groupe socialiste - Rapporteur : Sigrid Baillon

Lire la suite...

 

Création d'une commission tripartite pour le logement social à Ivry !

Lors du dernier Conseil Municipal a été votée la création d'une commission tripartite pour le logement social comprenant des élu-es, des associations engagées et des demandeurs de logement. C'était un engagement du programme municipal. Fanny Sizorn est intervenue, au nom des élu-es Front de Gauche, pour rappeler que le vrai problème, particulièrement pour le logement social, est celui de l'offre.


La création d’une commission tripartite est un engagement politique fort. Parce que la question du logement est une question démocratique et populaire, elle doit être l’affaire de toutes et tous. La composition de cette commission en est l’expression :
•    Des élu-e-s issu-e-s de tous les groupes politiques du conseil municipal,
•    Des associations agissant pour le droit au logement et la lutte contre l’exclusion,
•    Des demandeurs de logements, tirés au sort sur la base du volontariat, parce que ce sont eux les destinataires de nos politiques publiques.

L’objectif est bien de construire ensemble les orientations de notre politique de logement social. Refixer collectivement si besoin les règles et les critères d’attribution, et ainsi répondre à notre volonté sans cesse renouvelée d’équité et d’impartialité d’attribution des logements sociaux.

Mais n’oublions que le problème premier reste celui de l’offre de logement avec près de 4 millions de personnes sont actuellement mal logées dans notre pays. A Ivry, ce sont 5 000 personnes qui attendent un logement social ou un échange, jeunes ou moins jeunes, familles entières. Alors que nous résorbons chaque année 7% des demandes, de nouvelles se présentent chaque jour parce que trop peu de Villes font ce choix de construire, de rénover, d’aider à la livraison de nouveaux logements sociaux.

Lire la suite...

 

La Ville investit pour le logement social !

Hier au Conseil Municipal, plusieurs délibérations faisaient état de l'action de la municipalité pour le droit au logement : aide à la pierre, aux bailleurs sociaux, au relogement, à l'accès à la propriété etc. Séverine Peter est intervenue pour le groupe Front de Gauche, rappelant l'urgence d'une véritable politique publique du logement pour contrer la spéculation immobilière et favoriser le droit au logement.


Permettez-moi en préambule de cette intervention sur les opérations de logements à venir et les aides de la ville de vous rappeler ces quelques phrases prononcées par l’Abbé Pierre en février 1954 lors du lancement de l’appel à la solidarité dans une France détruite par la guerre :

« Mes amis, au secours...
Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à 3 heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l'avait expulsée. (…)
Il faut que ce soir-même, dans toutes les villes de France, dans chaque quartier de Paris, des pancartes s'accrochent sous une lumière dans la nuit, à la porte de lieux où il y ait une couverture, paille, soupe, et où l'on lise sous ce titre « centre fraternel de dépannage », ces simples mots : « Toi qui souffres, qui que tu sois, entre, dors, mange, reprends espoir, ici on t'aime ».
60 ans après cet épisode dramatique pourrait encore se reproduire. La crise du logement ne s’est pas résorbée, elle a évolué, laissant place à la précarisation et l’appauvrissement des populations.

En 2013, selon la fondation l’Abbé Pierre et les chiffres de l’INSEE :

  • 141 500 personnes sont sans domicile, 44% de plus qu’en 2001 ;
  • Près de 3 millions de personnes vivent dans des conditions de logement très difficiles, vétusté des habitations ou surpeuplement aigu ;
  • Plus de 5 millions sont en situation de « fragilité de logement » : c’est-à-dire propriétaires occupant un logement dans une copropriété en difficulté (700 000), locataires en impayés de loyers (1 200 000), surpeuplement au sens large (3 200 000), personnes en hébergement résigné (250 000) – il s’agit de jeunes de 18 ou plus retournés vivre chez leurs parents ou grands-parents après plus de 3 mois en logement indépendant.

Lire la suite...

 

Avec Ivry Confluences, Ivry est et restera une ville pour tous !

Hier soir, au Conseil Municipal, un bilan d'étape était présenté sur le projet d'aménagement urbain Ivry Confluences. La salle était bondée : de nombreux habitants étaient là pour suivre les débats et exprimés leur mécontentement, notamment sur l'accompagnement des personnes impactées par le projet.

Jacqueline Spiro est intervenue pour le groupe communistes et partenaire, pour rappeler qu'avec ce projet, notre ambition était bien d'améliorer la vie de toutes et tous sans exclure personne. Ivry est bien une ville pour tous !

Dans les années 1970, en pleine rénovation du Centre-Ville d’Ivry-sur-Seine, l’architecte Jean Renaudie disait qu’il voulait « réunir dans un ensemble tous les éléments qui constitue  la Ville ». Se loger, travailler, faire ses courses, se divertir, se promener, se cultiver, faire du sport etc. C’est exactement ce qui nous anime aujourd’hui, avec ce projet d’Ivry-Confluences, mais à une échelle inédite sur 145ha, soit 1/5e de la Ville : pas une ville-dortoir, pas une ville-zone (industrielle, commerciale), mais une ville multiple, totale.

Alors oui, comme tout projet d’aménagement d’envergure, cela ne peut pas être un long fleuve tranquille. Encore plus avec ce projet : à la fois par sa taille, par l’ampleur des bouleversements qu’il va engendrer dans le paysage urbain et par l’histoire qui anime le quartier du Port, histoire faite d’industries, de luttes et de solidarités. Angoisses, inquiétudes, colère parfois, Ivry Confluences suscitent de l’émotion chez les habitants, les commerçants, les entreprises du quartier. Et des questions surgissent, légitimes, il faut les entendre, avec en perspective cette interrogation centrale : "Ivry sera-t-elle encore une ville pour nous" ?

Il y a donc un enjeu de taille, pour nous, élu-es, pour les services municipaux, pour les partenaires de ce projet : la nécessité qu’Ivry reste une Ville pour tous, que personne ne soit laissé sur le côté de la route, ou devrais-je dire sur le pas de la porte !

Lire la suite...

 

Gagarine-Truillot, une nouvelle bataille s'engage !

Lors du dernier Conseil Municipal, un protocole avec l'Etat a été voté qui doit permettre le lancement de l'opération de rénovation urbaine tant attendue pour le quartier Gagarine-Truillot. Nouvelle donne, nouvelles perspectives et nouvelles batailles qui s'engagent : Olivier Beaubillard est intervenu, pour les élu-es communistes et partenaires.

Le programme ANRU a été lancé en 2003, au titre des politiques de la Ville, et piloté par l’Etat. L’objectif était de revenir sur 40 ans de politique d’urbanisme qui avaient mené à la constitution dans de nombreux cas, urbains ou ruraux, de véritables ghettos, bien souvent ilots de pauvreté coupés du monde. Après le fameux plan « banlieue 89», c’était un nouveau projet d’envergure nationale pour casser la politique d’isolement et d’exclusion sociale.

Les conséquences du programme ANRU sont pourtant mitigées :

  • trop de démolition sans réflexion sur le devenir de ces quartiers,
  • trop de chantiers qui ont conduit finalement, de manière plus ou moins préméditée, à exclure les anciens habitants, à repousser les populations plus loin, dans les villes adjacentes ou dans des territoires peu peuplés qui connaissent aujourd’hui les mêmes problématiques d’isolement et de paupérisation,
  • enfin, trop d’oubli à l’égard de l’humain, de ceux qui vivaient dans ces quartiers, qui faisaient vivre ces quartiers, les animaient, qui donnaient forme par leurs pratiques, leurs habitudes, leurs relations, à ces « grands ensembles » comme on les nomme.

Nombre de villes ont subi ces quartiers plus qu’elles ne les ont fait vivre. Pourtant, à Ivry, l’engagement des habitants, des services, des élu-es, la richesse de la vie associative, a souvent donné corps et cœur à ces cités : et c’est le cas pour Gagarine.

Lire la suite...

 

Pour garantir la mixité sociale, l’accès et le maintien en logement social

Au conseil municipal du mois de mars, nous avons déposé un voeu pour une véritable politique de service public et universel du logement. Suite aux annonces positives de François Hollande fin mars, en déplacement à Alfortville, nous espérons que les propositions faites, et présentées dans ce voeu voté par le conseil municipal, seront mises en place le plus rapidement possible.

Notamment concernant la baisse de la TVA pour construire et réhabiliter le parc social et l'abrogation de la loi Molle-Boutin et du surloyer.

Voeu du groupe communiste et partenaires :

"Considérant que la municipalité d’Ivry agit, au nom de la justice et de la mixité sociale, pour faire du droit au logement digne et accessible à tous, une priorité de sa politique,

Considérant qu’il appartient à l’Etat de garantir ce droit fondamental et universel au logement,

Considérant que seule une politique publique ambitieuse et déterminée, impulsant la construction et la réhabilitation durable de logements sociaux est de nature à répondre aux besoins du plus grand nombre et de garantir une mixité sociale indispensable au bien vivre ensemble,

Considérant que pour garantir cet objectif, l’Etat se doit de garantir l’accès et le maintien en logement social, public et universel du plus grand nombre,

Considérant que cela implique un plafonnement juste et solidaire des ressources des locataires et des loyers accessibles,

Lire la suite...

 

Rapport 2012 : Ivry vit le développement durable

Au conseil municipal du 28 février était présenté le rapport 2012 sur le développement durable à Ivry. A cette occasion, Jacqueline Spiro est intervenue pour le groupe des élu-es communistes et partenaires, pour rappeler le travail fait à Ivry e, termes de développement durable et de politique sociale. Ce sont nos ambitions pour une ville durable et solidaire.

Il nous est présenté pour la seconde fois, avant le vote du budget, le bilan des actions de la ville en matière de développement durable.
Comme cela nous est dit, il s’agit d’un bilan non exhaustif et volontairement centré sur les projets qui contribuent à la construction d’une ville durable et solidaire et qui visent à adapter notre ville aux contraintes climatiques et énergétiques des prochaines décennies.
On peut regretter que les actions conduites par la municipalité, notamment dans le domaine social, n’aient pas trouvé leur place dans ce bilan. Elles participent largement de notre démarche de développement durable. Mais il est vrai que les multiples rapports, tels le bilan annuel d’activité, le bilan social  qui nous sont présentés, rendent largement compte du volet social  des politiques menées dans ce domaine. Je crois qu’il serait utile de revisiter ces différents rapports et d’examiner comment il serait possible qu’ils s’enrichissent l’un l’autre. Et, notamment, de voir comment notre bilan annuel pourrait mettre l’accent sur les actions qui concourent à notre démarche de développement durable.
Cela dit, quel regard portons-nous sur ce bilan 2012 ?

Après l’adoption de la Charte Eco quartier en juin, l’approbation des grandes orientations du Projet d’Aménagement et de développement durable en décembre et le travail en cours sur le règlement du Plan local d’urbanisme, le centrage du bilan sur la construction d’un territoire durable, enjeu majeur du 21e siècle, rend, pour notre groupe, plus lisible et plus concret la démarche d’aménagement dans laquelle nous sommes engagés depuis les années 2000.

Notre groupe apprécie qu’à l’heure où crise écologique, économique et sociale se rencontrent et frappent plus durement les plus défavorisés, l’examen à travers les cinq finalités du développement durable, notamment des documents d’orientations  de la politique d’aménagement et des grandes opérations comme Ivry-Confluences, montre bien notre détermination à conjuguer  les dimensions environnementales, économiques et sociales dans tous nos projets.

Lire la suite...

 

Vers un nouveau Plan Local de l'Habitat...

Tribune Ivry-Ma-Ville d'octobre 2012, la question posée par le groupe communistes et partenaires était : "Aujourd’hui, le Plan Local de l’Habitat prévoit une répartition de 40% de logements sociaux pour 60% d’autres logements. Au regard des besoins croissants, pensez-vous qu’il faille rehausser la part de logements sociaux ? ».

Philippe Bouyssou répond pour le groupe communistes et partenaires :

Depuis 10 années, notre ville s’est inscrite dans la conjugaison de 2 axes politiques : la résistance aux attaques violentes du pouvoir de droite et la détermination à mettre en œuvre le programme d’action municipal de la majorité, en développant une ville équilibrée et dynamique, répondant aux besoins de ses habitants et préparant l’avenir.

C’est dans ce contexte que nous avons élaboré et adopté le Plan local de l’Habitat (PLH). Il prévoit une répartition des financements autorisés par l’Etat de 40% de logements sociaux et 60 % d’autres logements, auparavant elle était de 50/50.

Pour être clair, il ne s’agit pas là de l’équilibre global sur la ville (un tiers de locatifs privés, un tiers d’accession à la propriété, un tiers de logements sociaux) qui reste évidement d’actualité.
Il y a plusieurs raisons de se ré-interroger, en premier lieu la situation politique nouvelle après la victoire de la gauche, nous place dans une perspective toute autre.

Lire la suite...

 

Le logement à Ivry : pour une ville équilibrée, métissée, dynamique !

Conseil municipal du 26 janvier 2012 : à l’occasion du départ de Thierry Rosset de ses fonctions d’adjoint en charge de l’habitat, Méhadée Bernard a réaffirmé, au nom du groupe communistes et partenaires, les ambitions fortes et les engagements à tenir en 2012 dans la lutte pour une politique du logement qui place l’humain d’abord !

 

Depuis des années nous menons à Ivry des politiques ambitieuses. Particulièrement sous l’impulsion de Thierry nous avons mené la bataille pour faire d’Ivry une ville équilibrée, métissée, dynamique, en phase avec les besoins de sa population, une ville belle, une ville aux valeurs nobles et justes aux portes de Paris, au cœur de la banlieue.

Une ville où malgré les coups portés on relève la tête, toujours. Une municipalité qui ouvre des possibles aux côtés d’Ivryennes et d’Ivryens organisés, exigeants, qui ne baissent pas les bras, jamais.

Ivry c’est cela, l’ambition, la volonté, les luttes et les engagements. Pourtant, Ivry n’échappe toujours pas aux règles du libéralisme, aux réformes d’une droite qui aura fait beaucoup de mal et qui essaie d’asséner en ce moment-même ses derniers coups de poignard rageurs. Une droite sans scrupules qui a dynamité le logement social avec pour visée, comme dans tant d’autres domaines, les avantages pour les plus riches, pour les blindés, pour ceux qui tiennent trop les ficelles.

Dans ce contexte bien moche nous résistons. Thierry l’a rappelé, sur la question du logement, mais c’est évidemment valable pour tout ce qui nous est fondamental : la santé, l’école, les transports, le sport, la culture, les services publics… Pour nous évidemment c’est l’humain d’abord, toujours.

Lire la suite...