Au lendemain de la présentation en Conseil des Ministres du projet de loi sur la Métropole (Grand Paris) par Marylise Lebranchu, les élu-es Front de Gauche du Val-de-Marne s'inquiète de cette proposition de réforme territoriale qui met en péril le développement démocratique.

Déclaration de Christian Favier, Sénateur - Président du Conseil Général du Val-de-Marne :

Je viens de prendre connaissance des amendements portant sur la métropole du Grand Paris déposés ce mercredi 3 juillet par le gouvernement en commission des lois de l’Assemblée nationale.

Je suis stupéfait devant ce qui s’apparente à une succession de mauvais coups contre les communes des départements de petite couronne au profit d’une nouvelle instance technocratique éloignée de la vie et des citoyens.

Mauvais coup par la forme : en pleine période estivale, sans aucune concertation ni avec les élus, ni avec les populations.

Mauvais coup sur le fond : cette métropole, administrée par un conseil d’élus de deuxième rang, rassemblant 124 communes et plus 6,7 millions d’habitants (56% de la population régionale et 10% de la population nationale !) disposera de pouvoirs immenses, en matière d’aménagement, d’urbanisme, de logement et de transition énergétique. C’est la porte grande ouverte à un retour aux errements du passé, au temps où Paris imposait ses logements sociaux, ses cimetières, ses entrepôts aux communes de banlieue. En fait de modernité, cette métropole incarne le retour vers un passé que les territoires de banlieue espéraient enfin révolu.