Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Mot clé - élu-es front de gauche

Fil des billets

La restructuration de l'école Makarenko est lancée !

Au Conseil Municipal de jeudi dernier, le projet de restructuration de l'école Makarenko, longtemps en attente, a été présenté et son lancement validé. Jeanne Zerner est intervenue, pour les élu-es Front de Gauche, rappelant le besoin fort d'un projet partagé par toutes et tous, équipes éducatives, parents d'élèves, pour les enfants du quartier.



L’histoire du groupe scolaire Makarenko est une longue histoire. Des hauts, des bas, des promesses, des chiffres avancés, puis retirés. Et aujourd’hui, le contexte budgétaire qui nous enserre de sa chape de plomb. L’austérité de notre cher gouvernement vient ici nous rappeler violemment que le temps est déjà bien loin où l’on pouvait s’accrocher à un rêve pour tous, et le réaliser en étant sûrs du soutien de la finance publique.

Mais si aujourd’hui une exigence demeure, pour le groupe front de gauche, c’est bien au moins le service public. Et voilà l’essentiel : garder du service public, et faire le maximum pour que chacun s’y retrouve.

Pour que chacun s’y retrouve, justement, nous avons tenu, dès le début du mandat, à ce que le projet Makarenko soit concrètement participatif, sans pour autant bercer d’illusions les personnes qui s’y impliquent. Notre outil est le groupe de travail présenté par Méhadée. Au terme de la dernière réunion de ce groupe, le choix a été fait, après discussion avec les personnels de l’école maternelle, de ne rien détruire, et d’étendre le groupe scolaire, alors qu’une autre option proposait de détruire le bâtiment de maternelle.

Lire la suite...

 

Création d'une commission tripartite pour le logement social à Ivry !

Lors du dernier Conseil Municipal a été votée la création d'une commission tripartite pour le logement social comprenant des élu-es, des associations engagées et des demandeurs de logement. C'était un engagement du programme municipal. Fanny Sizorn est intervenue, au nom des élu-es Front de Gauche, pour rappeler que le vrai problème, particulièrement pour le logement social, est celui de l'offre.


La création d’une commission tripartite est un engagement politique fort. Parce que la question du logement est une question démocratique et populaire, elle doit être l’affaire de toutes et tous. La composition de cette commission en est l’expression :
•    Des élu-e-s issu-e-s de tous les groupes politiques du conseil municipal,
•    Des associations agissant pour le droit au logement et la lutte contre l’exclusion,
•    Des demandeurs de logements, tirés au sort sur la base du volontariat, parce que ce sont eux les destinataires de nos politiques publiques.

L’objectif est bien de construire ensemble les orientations de notre politique de logement social. Refixer collectivement si besoin les règles et les critères d’attribution, et ainsi répondre à notre volonté sans cesse renouvelée d’équité et d’impartialité d’attribution des logements sociaux.

Mais n’oublions que le problème premier reste celui de l’offre de logement avec près de 4 millions de personnes sont actuellement mal logées dans notre pays. A Ivry, ce sont 5 000 personnes qui attendent un logement social ou un échange, jeunes ou moins jeunes, familles entières. Alors que nous résorbons chaque année 7% des demandes, de nouvelles se présentent chaque jour parce que trop peu de Villes font ce choix de construire, de rénover, d’aider à la livraison de nouveaux logements sociaux.

Lire la suite...

 

Ivry soutient la lutte des chômeurs !

Hier soir, au Conseil Municipal, un voeu proposé par notre groupe et porté par la majorité, a été voté contre la précarité pour soutenir la lutte des chômeurs. Ouarda Kirouane a présenté le voeu au nom des élu-es Front de Gauche, appelant finalement à la manifestation du 6 décembre à Paris.

« Trop jeune, trop vieux, trop diplômé, trop basané, trop femme, trop gros… C’est comme ça, on n’y peut rien, on coûte trop cher, on n’est pas mobile, c’est la mondialisation, y’a la concurrence…  Ou bien, la vérité se trouverait elle ailleurs ? ».

Voilà en quelque phrases un résumé des Z’en trop, cette pièce de théâtre qui déconstruit les représentations du chômage. Le chômage, au fond, a été la « question sociale » du XXe siècle, après la pauvreté dans la société d’Ancien Régime – dont la figure centrale était le vagabond – et le paupérisme au XIXe siècle – conjonction du travail et de la misère dans la société industrielle naissante.

Certains en ont fait un problème économique, présentant l’entrée dans une société de chômage de masse à la fin des années 1970 comme le résultat d’une crise économique, des chocs pétroliers. Ils oublient ainsi que les femmes, jusque là ne travaillaient pas, ou très peu. Que donc, le plein emploi n’en était pas un, qu’un certain nombre de personne, dans la société, était simplement « inactif », pour les statistiques. 

C’est qu’en réalité, le chômage est une question politique, idéologique. C’est une construction de l’organisation du travail, conséquence d’un système qui cherche le profit, qui utilise le salariat comme variable d’ajustement des profits.

Lire la suite...

 

Billet d’humeur du lundi

Kobanê, jusqu’à quand l’indifférence ?!

Samedi 1er novembre était une journée nationale de soutien à la lutte des kurdes. Depuis plusieurs mois, les brigades kurdes résistent aux islamistes de Daesh, elles le font seules, sans aucun soutien. Une coalition s’est peu à peu formée, menée par les Etats-Unis, hors de tout cadre.

La réponse de la France dans tout ça ? L’indifférence ! Laissons la Turquie faire. Mais justement, la Turquie reste immobile, ses chars tournés vers Kobanê, ses postes frontières fermés. Pire, le gouvernement français a même proposé l’idée voulue par la Turquie d’une zone tampon qui serait… le territoire kurde ! La belle affaire : de quoi entériner un massacre à grande échelle qui déstabiliserait encore plus une région déjà à feu et à sang.

Soyons clairs : une défaite des partisans kurdes provoquerait d’une part un massacre des populations civiles et d’autre part l’écrasement d’un mouvement de résistance progressiste. Tandis que tout le monde s’effraie de la « barbarie » de Daesh, aucune réponse politique internationale d’envergure n’est envisagée. D’autant que, pour une part, certaines puissances comme les Etats-Unis, la Turquie ou les émirats du Golfe ont pu soutenir Daesh dans la lutte contre Bachar Al Assad : comme souvent, le chaos ne vient pas de nulle part !

Face à cette situation, il est plus qu’urgent d’agir, de soutenir ceux qui résistent, d’œuvrer politiquement pour le respect du droit international. Il faut que la France, l’Union Européenne, l’ONU prennent leurs responsabilités, sans ingérence pour défendre leurs intérêts économiques ou géopolitiques, mais pour une résolution pacifique du conflit.

Le Front de Gauche d’Ivry organise une soirée-débat jeudi 6 novembre à 20h, salle Voltaire : une bonne occasion d’échanger et de mobiliser largement pour soutenir cette lutte plus qu’essentielle !

Fanny Sizorn, vice-présidente du groupe des élu-es Front de Gauche

Lire la suite...

 

Billet d’humeur du lundi

Tous ensemble, fabriquons nos rêves !

Une troupe de théâtre, des saltimbanques comme ils se plaisent à dire, tout habillés de noir, qui racontent leur histoire.

Leur histoire ? La magie de leur rêve, celui de trouver un lieu pour pratiquer leur art, leur métier, après des mois d’errance. Un rêve qui a pris forme, enfin, dans un ancien garage d’Ivry, rue Hoche, où flotte désormais un drapeau rouge, sous une terrasse, marqué El Duende. Un rêve tenu à bout de bras par ces quelques comédiens devenus chefs de chantier, comptables ou encore peintres le temps d’une belle aventure humaine. Un rêve qui a su fédérer les énergies, faire appel à toutes ces ivryennes et tous ces ivryens amoureux du projet, à des amis d’ici et d’ailleurs, et dont la trace se lit sur chaque dossier des sièges portant leur nom.

Voilà la « Fabrique de rêves » que ces comédiens, chanteurs, danseurs, clowns, bref ces artistes d’un théâtre vivant et populaire, nous racontent tous les week-end sur la scène de leur nouveau théâtre. On a envie de dire : « Pour une surprise, c’en fût une » ! De l’humour, de l’amour, de la poésie, beaucoup de musique aux accents de tango et de flamenco qui leur collent à la peau.

C’est du théâtre pour tous, du théâtre avec tous, et qui nous donne tellement envie de dire : nous aussi, sans attendre, fabriquons nos rêves, oui, ensemble fabriquons notre quartier, notre ville, notre société !

Olivier Beaubillard, président du groupe des élu-es Front de Gauche

Lire la suite...

 

Rythmes scolaires : Non à la suppression du fonds d'amorçage !

Nous ne le redoutions, nous l'annoncions il y a plus d'un an déjà : on nous disait méfiants, voire malhonnêtes. Voilà que le couperet est tombé dans le Projet de Loi de Finance 2015 : le fonds d'amorçage pour aider les communes à financer la mise en place de la réforme des rythmes scolaires est supprimé ! Les élu-es Front de Gauche d'Ivry ne lâcheront rien !

Communiqué de l'Association des Maires de France - Financement des rythmes scolaires : les maires de France consternés ! 

Les déclarations du gouvernement avaient annoncé la reconduction du fonds d’amorçage des rythmes scolaires pour l’année 2015-2016. Or, le PLF 2015 dans son article 55, ne prévoit qu’une reconduction partielle réservée aux seules « communes en difficulté »*. Les Maires de France sont consternés par cet article dont ils veulent la modification.

Pourtant, comme l’a répété l’AMF depuis l’annonce de la réforme, la pérennisation du fonds d’amorçage pour les 23 300 communes ayant une école est une revendication majeure des maires qui ont besoin, dans le contexte des réductions des dotations de l’Etat, de ce financement pour organiser dans la durée les nouvelles activités périscolaires.

Cette réforme, dont on sait mieux apprécier le coût maintenant qu’elle est généralisée, demande aux communes en moyenne 200 € par élève, ce montant ne comprenant pas les investissements qui devront être engagés dans de nombreuses communes confrontées à des problèmes de locaux.

Les financements de la CAF réservés aux seules communes ayant la capacité de mettre en place des accueils de loisirs déclarés, nécessairement plus coûteux que les ateliers ou les garderies, ne pourront pallier l’absence de l’aide de l’Etat. La gratuité des activités proposées sera remise en cause comme l’ambition de proposer des activités de qualité.

L’AMF qui s’était engagée à être particulièrement vigilante sur le maintien de cette aide, demande au gouvernement et aux parlementaires d’amender l’article 55 du PLF pour donner au fonds d’amorçage un caractère durable et général et pour lui affecter des crédits permettant de l’adapter au coût de la réforme.

Elle a demandé à être reçue sans délai par la ministre de l’Education nationale.

Lire la suite...