Jour 2

La journée s’annonce chargée, en contenu comme en découverte : pour la première fois, le Cidefe propose que toutes et tous nous soyons acteurs de cette journée à travers la mise en place d’un PIE, comprenez « Parlement Imaginaire Ephémère ». Chacun tombe sa casquette pour devenir député de ce PIE, choisit lui-même le groupe qu’il souhaite représenter et la commission dans laquelle il souhaite travailler parmi les 5 commissions élaborées collectivement.

La matinée est consacrée à l’élaboration de 4-5 loi par commission, puis après marche démocratique improvisée du PIE à travers Avignon, nous nous retrouvons en plénière à la Maison pour tous de Champfleury pour voter les lois avec leurs « amendements ».


Jour 3


Pour bien commencer, la matinée est consacrée à un retour, en débat, sur l’expérience du PIE, mise en perspective avec l’Archipel sensible, publié il y a peu et rédigé par Vincent Rouillon à partir des travaux du collectif culture de l’ANECR.


Légende : Les grands témoins du PIE, Danielle Bellini (directrice des affaires culturelles et de l’éducation populaire de Tremblay en France), Raluca Calin (doctorante à l’université d’Avignon), Laurent Fleury (Professeur de sociologie à l’université Paris Diderot), Amina Hamshari (directrice de l’institut culturel franco-palestinien) et Yolaine Jouanneaux (responsable du service culturel de Villetaneuse).


Le plus difficile dans cette expérience ? Se départir de ses casquettes « réelles » pour plonger dans l’imaginaire, dans la création, dans l’invention, pour s’ouvrir des perspectives, décentrer son regard et permettre l’échanges d’idées loin des contraintes qui nous enserrent au quotidien. Car l’objectif est bien de construire, par l’intermédiaire de ce type d’expériences, notre société idéale : ce qui ne veut pas dire s’affranchir du réel, car l’imaginaire se nourrit et se fonde sur du réel. C’est bien plus travailler les contradictions qui existent pour dépasser la gestion contrainte et faire de la politique dans la perspective d’une transformation de la société et définir, ensemble, quelles transformations nous appelons de nos voeux.

Une expérience à refaire, plus armés, plus préparés, plus libérés…

Avignon, lieu de culture

Entre ces sessions de travail s’est tenu un forum citoyen initié par le Front de Gauche à l’Hôtel de Ville : le débat avait pour thème « L'artiste, le citoyen et le politique : la culture un enjeu de société », animé par Jean-Michel Gremillet, Alain Hayot, Claude Michel, en présence de Pierre Laurent Sénateur et secrétaire nationale du PCF, d’artistes présents au festival (Stanislas Nordey, Mirabelle Rousseau etc) et d’acteurs de la culture (Olivier Atlan, directeur de la MJC de Bourges, Leïla Cukierman et Christophe Adriani, ancien et nouveau directeur du théâtre d’Ivry Antoine Vitez etc).

Avignon c’est avant tout le théâtre et la culture : nous avons ainsi pu voir plusieurs pièces du In, notamment Cour d’honneur de Jérôme Bell et Kabaret Warszawski de Krzysztof Warlikowski, et du Off avec Illumination(s) de Ahmed Madani.

* Toutes les infos sur le site du cidefe : http://www.elunet.org/spip.php?article31783