L’Education nationale est au cœur de ces enjeux, avec la responsabilité de mettre en œuvre une école de la réussite et de l’émancipation pour tous, sur le territoire national, ce qui est aujourd’hui remis en cause.

Pour preuve, le démantèlement des RASED (1 seul pour nos 27 écoles), la baisse continue des moyens, le non remplacement des enseignants. Le nombre d’élèves par classe augmente, dépassant parfois le seuil autrefois légal aujourd’hui « conseillé » dans les zones d’éducation prioritaire. Sans compter les classes dites « banales » qui comptent jusqu’à 30 élèves ! Sur tous ces sujets, nous sommes dans l’exigence vis-à-vis de l’Education nationale, en soutien des enseignants et parents d’élèves qui se battent pour de meilleures conditions d’enseignement pour les élèves.

La municipalité a également une responsabilité, plus encore avec la réforme des rythmes scolaires dont nous entamons la 2e année de mise en oeuvre. Nous avons des envies, des ambitions, nous voulons continuer de développer des politiques éducatives de qualité. Notre PEDT porte toutes ces ambitions et décline un certain nombre d’actions menées sur les temps scolaires, péri et extrascolaires.

Au-delà des tensions cristallisées sur le samedi matin travaillé ou les ateliers-études du soir, il devra être évalué collectivement, dans sa globalité, après une large concertation portant sur tous ces enjeux, vers un nouveau temps de décision en 2016.