Au-delà des obligations légales, nous innovons en permanence, créons de nouveaux espaces, de nouveaux outils comme les revues de projet citoyennes et les balades urbaines. Nous sommes conscients que tout projet urbain bouleverse, touche à la vie des gens. Et que face à ces changements, tous les citoyens ne sont pas égaux ni outillés pour en être acteur. Cela nous oblige à porter des exigences d’information, d’accompagnement, de construction partagée : c’est le sens de l’élaboration d’une charte unique de relogement des habitants impactés fruit d’un long processus de concertation. Nous faisons tout pour que ce projet comme tous les autres soit bien celui de tou-te-s les Ivryen-ne-s.

Alors, derrière le gigantisme de certains discours, une petite musique laisserait presque croire à un changement de population. Certes, il y a toujours des limites, des améliorations à produire et nous y travaillons sans cesse. Néanmoins, c’est parce que nous portons des politiques publiques d’aménagement fortes que notre Ville demeure solidaire, populaire, métissée et vivante ! Grâce à la commercialisation prioritaire aux Ivryens pour l’accession à la propriété, nous favorisons les parcours résidentiels internes : pour preuve, dans certains projets comme Les Tennis, ce sont 100% d’Ivryens qui ont acheté.

Mais nous ne voulons pas d’un village gaulois. Nous avons l’ambition d’une ville ouverte, une ville faite pour tous ceux qui ont l’envie d’y vivre. Dans ce projet comme dans toute évolution du territoire, notre mot d’ordre pourrait se résumer à ça : une ville pour les Ivryens d’hier, d’aujourd’hui et de demain !