Ivry - élu-e-s Front de Gauche Espace d'expression des élu-es Front de Gauche d'Ivry-sur-Seine

Tribune d'expression

Fil des billets

Billet d’humeur du lundi

Un rapport qui tombe à pic ?!

Alors que le gouvernement s’entête dans l’austérité et la rigueur, mais que la courbe du chômage ne s’inverse pas et la croissance ne repart pas ; alors qu’avec sa « réforme territoriale » en préparation, il s’attaque de façon brutale et inédite à la décentralisation, aux collectivités territoriales qui assurent pourtant une part considérable des politiques publiques peu à peu abandonnées par l’Etat et dont les citoyens ont terriblement besoin ; voilà que la Cour des Comptes va publier un rapport – encore un – sur les dépenses des collectivités territoriales. Ah, cette rengaine, encore et toujours !

En 2013, donc, elles auraient « dérapé », augmentant leur masse salariale et leur dette. Tout est parfait pour justifier le projet de loi de finance du gouvernement qui prévoit 11 Milliards de moins en 3 ans pour les collectivités territoriales. Oui, mais voilà, on oublie toujours de dire pourquoi elles font ses dépenses !

Les départements voient s’envoler leur facture sociale (RSA, allocations etc) ? Mais pourquoi si ce n’est parce que le chômage n’a jamais été aussi haut, et la précarité si importante !

Les communes se sont endettées ? Mais pourquoi donc si ce n’est parce que pour la première fois l’Etat a gelé puis baissé leurs dotations tandis qu’il transfère encore et toujours plus d’actions publiques ! 2013, par exemple, est l’année de mise en place dans 4 000 communes de la réforme des rythmes scolaires.

Les collectivités augmentent leur masse salariale ? Mais s’il y a de nouvelles actions à mener, il faut bien des agents territoriaux pour le faire ! Et puis 2013 était la dernière année de mise en place des intercommunalités exigée par la loi, ce qui nécessite un minimum d’embauches administratives : c’est le cas pour notre Communauté d’Agglomération Seine Amont. 

Les collectivités ont augmenté leurs investissements de 8% ? Mais comment oublier de dire qu’elles opèrent 70% des investissements publics quand l’Etat n’investit plus pour la rénovation urbaine (ANRU), pour le logement social (OPHLM), pour la petite enfance (crèche), pour la santé (CMS) etc.

Arrêtons : ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain ! Les économies à faire ne se trouve pas là, mais par exemple dans les 20 milliards de fraude aux cotisations sociales des entreprises. Qu'on se le dise, les collectivités territoriales, leur impact local, leur engagement dans la proximité, leurs politiques publiques sont plus que jamais utiles aux habitants.

Olivier Beaubillard, Président du groupe des élus Front de Gauche

Lire la suite...

 

La gestion des déchets en question

La question d'Ivry Ma Ville du mois d'octobre, posée par le groupe Socialiste de l'opposition était : "Pour peser sur les décisions concernant l’avenir du Syctom, notre Ville, concernée en premier chef, doit être irréprochable sur la gestion des déchets. Quelles sont les actions prioritaires à mettre en œuvre ?". Bahri Sebkhi, nouveau conseiller municipal, a répondu pour le groupe des élu-es Front de Gauche.

Ivry mène depuis de nombreuses années de multiples actions de sensibilisation, de lutte contre la production industrielle de déchets (emballages plastiques, cartons…), de soutien et de développement d’initiatives associatives et municipales (écoles, centre de loisirs, fêtes de quartiers…) et d’éducation populaire aux éco-gestes, pour que la jeune génération puisse avoir les réflexes nécessaires dans le but de préserver notre ville donc notre planète. Et je salue le travail de ces équipes.

Mais la gestion des déchets ne peut pas se résumer à proclamer le « zéro déchet », si on ne lutte pas contre un système qui incite à jeter, produire et racheter toujours plus. Ni à refuser d’assumer les déchets que nous produisons pour les envoyer ailleurs, selon le principe du « il en faut mais pas chez nous ». On ne peut pas non plus régler le débat en taxant ceux qu’on identifierait alors comme des « pollueurs » : on sait bien que ceux qui peuvent payer ne changeront pas leurs pratiques, alors que les plus pauvres seront mis encore plus en difficulté.

Lire la suite...

 

Pour une nouvelle ère de la démocratie !

La question d'Ivry Ma Ville du mois de septembre, posée par le groupe Convergences Citoyennes Ivryennes était : "Dans un contexte de hausse généralisée de l’abstention, comment faire en sorte que les Ivryens retrouvent le chemin des urnes ?". Bozena Wojciechowski, adjointe au Maire, a répondu pour le groupe Front de Gauche.


Bien comprendre les raisons de l’abstention est le premier pas pour répondre à cette question. Je ne suis pas sûre que l’objectif soit uniquement que les « Ivryens retrouvent le chemin des urnes ». Ce qui compte, ce sont deux mouvements : l’implication des citoyens dans la vie publique sous toutes ses formes et le sentiment d’appartenir à un collectif dont l’avenir dépend de chacune et de chacun.

La politique est devenue un monde professionnel, réservé à quelques-uns. Si, en plus, ces quelques personnes la détournent et en font n’importe quoi, il est bien normal que les citoyens s’en éloignent ! La politique souffre terriblement de ce que quelques responsables en ont fait : le pouvoir de décider s’est concentré dans les mains d’une minorité. Alors que c’est l’affaire de tous ! Confiscation du pouvoir et détournement de l’intérêt général vers l’intérêt particulier, voilà un cocktail mortifère !

Lire la suite...

 

Pouvoir d'achat en berne, crise, austérité... pour d'autres choix politiques !

Tribune IMV de novembre. La question était posée par notre groupe : "Nombre d’Ivryens voient aujourd’hui leur pouvoir d’achat reculer. En tant qu'élus locaux, quels changements politiques doit-on réclamer pour sortir de cette spirale alarmante  ?".

Alors que le 1er décembre, une grande marche pour la justice fiscale a réuni plusieurs dizaine de milliers de personnes à Paris, Mehdi Mokrani a développer notre point de vue sur le rôle des élus municipaux :

Nous traversons une période politique sans précédent. Le pouvoir d’achat ne cesse de baisser, les nouvelles générations vivent moins bien que les précédentes. Moins de moyens pour vivre décemment, moins de capacité à nous projeter, à construire notre avenir.

La crise économique et financière serait responsable de cet abaissement indigne du niveau de vie des habitants de notre pays et de notre ville. Il faudrait que nous acceptions cette situation, que nous participions à l’effort national pour permettre la reprise et un juste retour des choses une fois que la situation sera rétablie.

Et si la crise venait de la réduction du pouvoir d’achat ? Et si la crise était alimentée par la baisse de l’emploi, par la non-augmentation des salaires, par la multiplication des licenciements et les destructions de services publics ?

Lire la suite...

 

Pour une réforme progressiste de l'école !

Tribune IMV de novembre. La question était posée Ivry 100% à gauche : "Ivry n'a pas appliqué la réforme bâclée des rythmes scolaires, et doit faire des choix pour l'organisation du temps des enfants et des enseignants. Quels principes doivent absolument être respectés ?".

Alors que la concertation se poursuit et se démultiplie à Ivry, Olivier Beaubillard a répondu pour le groupe communistes et partenaires :

A Ivry, le conseil municipal a décidé à l’unanimité de repousser l’application de la réforme des rythmes scolaires à 2014. Nous avons fait le choix d’une concertation large. Les élus communistes et partenaires ont toujours demandé à prendre le temps pour qu’il y ait des débats école par école, au sein des conseils d’écoles. Pour permettre la rencontre entre tous les acteurs éducatifs : des enseignants aux parents, des Atsem aux animateurs, en passant par les acteurs sportifs et culturels. Prendre le temps aussi pour informer, confronter les points de vue, faire évoluer les contradictions.

Aujourd’hui, deux éléments essentiels justifient de prendre le temps.

D’une part, les expériences de mise en place de la réforme dès la rentrée de septembre 2013 se révèlent très problématiques. Les élèves sont déjà épuisés, l’organisation est bancale, les activités complémentaires sont insuffisantes en terme de contenu quand elles ne sont pas inexistantes. Dans certains cas, elles ont été rendues payantes, les villes n’ayant pas les moyens d’en assumer le coût ; dans d’autres, ce sont des bénévoles et/ou des retraités qui ont été sollicités pour les encadrer. Ce constat est partagé par les parents, les enseignants, les animateurs, les élus : il doit nous interroger collectivement. On ne peut plus dire « tout se passe globalement bien », ce ne sont pas de simples ajustements.

Lire la suite...

 

Un PLU combattif et innovant pour Ivry

Tribune Ivry-Ma-Ville d'octobre 2013. La question posée par le groupe des élus de Droite et du Centre  était : "Un nouveau PLU va passer en enquête publique. Quel est le point de vue de votre groupe sur ce PLU ?".

Romain Marchand, Maire Adjoint au développement urbain a répondu pour le groupe communiste et partenaires :

La question de ce mois-ci est un peu curieuse ! Le projet de Plan local d’urbanisme (PLU) a été débattu, puis approuvé à une large majorité, par le conseil municipal du 20 juin dernier. Pour connaître en détail la position de chaque groupe, qui à cette occasion a été exposée de façon bien plus précise qu’il n’est possible de le faire ici, je vous conseille donc la lecture du compte-rendu du conseil municipal (en ligne sur le site Internet de la ville).

Avec l’enquête publique qui se déroule du 25 septembre au 26 octobre, et n’en déplaise à nos collègues de la droite et du centre, c’est maintenant à vous, habitant-e-s de notre ville, de donner votre avis.

Lire la suite...

 

Réforme du temps scolaires : il faut un débat le plus large possible à Ivry

Tribune Ivry-Ma-Ville de juillet-août 2013. La question posée par le groupe Gauche Radicale, Ecologiste, Citoyenne et Socialiste  était : "La municipalité a engagé un vaste débat sur la réforme des rythmes scolaires. Celle-ci doit être effective à la rentrée 2014. Comment faire à Ivry pour continuer à maintenir, développer les activités périscolaires, artistiques et culturelles en direction de nos enfants ?".

Fabienne Oudard répond pour les élu-es communistes et partenaires * :

Le débat sur la réforme des temps scolaires, promulguée par décret, est engagé à Ivry. Plusieurs rencontres ont permis de partager la nécessité de modifier durablement l’organisation du temps de classe et des activités périscolaires.

Dans le même temps, elles ont toutes suscité des interrogations, fait remonter des inquiétudes légitimes, tant chez les professionnels du monde éducatif – professeurs, animateurs, ATSEM – que chez les parents.

Inquiétudes, tout d’abord, parce que le décret est volontairement ouvert sur les cadres d’organisation des nouveaux temps scolaires, à savoir les 3h libéré dans la semaine et transféré à une demi-journée supplémentaire. Travaillera-t-on le mercredi ou le samedi matin ? La pause méridienne sera-t-elle allongée ? Les enfants finiront-ils plus tôt tous les jours ? Autant de questions ouvertes que le décret laisse à l’appréciation des Projet Educatif De Territoire à construire, au risque d’aboutir à de grandes disparités territoriales.

Inquiétudes, ensuite, sur les moyens mis à disposition par l’Etat, et la répartition des charges entre Education Nationale et collectivités territoriales, dans un contexte de restriction des budgets et des dotations aux collectivités.

Lire la suite...

 

La République va mal, réinventons-là !

Tribune Ivry-Ma-Ville de juin 2013. la question posée par le groupe Europe Ecologie Les Verts était : "Alors que les Français sont 86% à soutenir le non-cumul des mandats pour favoriser le renouvellement de la classe politique, ne pensez-vous pas qu'il est urgent de légiférer sur le mandat exécutif unique  ? " .

Mehdi Mokrani répond pour le groupe communiste et partenaires : 

La République va mal, très mal. Elle chancèle. Et pas seulement à cause de la corruption. La corruption est inadmissible, la corruption gangrène, mais la corruption se combat. Notre République va mal parce qu’elle ne sait plus pourquoi elle existe, parce que le peuple ne s’en sent plus comptable, moteur, parce que les dirigeants ne font plus vivre la République pour le peuple, mais pour l’intérêt des profits et des marchés financiers.

L’écart ne cesse de se creuser entre le peuple et ses représentants, entre les attentes et les réalisations. La droite est passée par là, mais la politique menée par le gouvernement de gauche aujourd’hui n’arrange rien à la situation.

Alors oui, nous sommes pour une législation rapide sur le non cumul des mandats, nous sommes persuadés que ça pourrait être un signe pour le peuple de France, pour lui signifier que ses représentants veulent renouer avec l’humilité, la noblesse de leur fonction. Nous l’avons déjà dit dans une tribune il y a quelques mois.

Au moment d’écrire cette tribune, nous étions déjà persuadés que cette législation ne serait qu’un « sparadrap », aujourd’hui notre point de vue s’est renforcé.

Lire la suite...

 

Report de la réforme des rythmes scolaires à Ivry : pour une grande concertation sur l'école !

Tribune Ivry-Ma-Ville d'avril 2013. la question posée par notre groupe était : "Au Conseil municipal du 28 février, la municipalité s’est prononcée pour le report à la rentrée 2014 de l’application du décret modifiant les rythmes scolaires. Qu’en pensez-vous ? " .

Olivier Beaubillard répond :

La loi sur la refondation de l’école vient d’être votée. La réforme des rythmes scolaires fait partie de cette réforme globale. Le Conseil Municipal a décidé de la reporter en 2014.

Nous considérons que cette importante modification des rythmes doit être envisagée en lien avec la nécessaire réforme de l’école et surtout en réflexion et concertation avec l’ensemble des acteurs.

Car qui dit rythmes, dit programmes : « qu’enseigne-t-on ? ». Qui dit rythmes, dit pédagogie : « comment enseigne-t-on ? ». Et dit surtout élèves : « à qui enseigne-t-on ? ». Il est en effet difficile de défendre la fameuse « semaine des 4 jours et demi » sans se poser la question de la pédagogie et les moyens mis en place pour lutter contre les inégalités et l’échec scolaire, pour permettre la réussite de tous. Sans poser la question du contenu des programmes. Sans poser non plus la question des moyens, inégaux selon les territoires et les écoles, leurs ressources dans et hors de la classe.

Lire la suite...

 

Pour une autre politique "de gauche" !

Tribune Ivry-Ma-Ville de mars 2013. la question posée par l'élu 100% à gauche était : "Avez-vous l’impression que le gouvernement actuel mène une politique « de gauche » ?" .

Séverine Peter répond, pour le groupe communistes et partenaires :

Le 6 mai dernier, 51,64% de la population s’est exprimée pour dire stop aux dix années de gouvernement de droite. Faisant écho au slogan de campagne : «le changement c’est maintenant ! », les 18 Millions de citoyens qui ont porté leur voix sur ce candidat ont souhaité impulser l’espoir d’un renouveau social et sociétal. La victoire de François Hollande a été celle du rassemblement des forces de gauche et notamment avec les 4 millions de voix du Front de Gauche.

Neuf mois après les élections, l’heure n’est nullement au bilan. Le gouvernement met en place son action en héritant d’une situation dramatique laissée par Nicolas Sarkozy. Cela étant, comment ne pas rester circonspect face aux principales mesures prisent en ce début de quinquennat par le gouvernement Ayrault. Certes, l’adoption du mariage pour tous, le recrutement de professeurs dans l’Education nationale ou encore le renforcement de la loi SRU ont été des avancées notables. Pour autant, elles ne constituent pas les principales mesures de ce début de quinquennat.

Les réformes économiques et sociales prises par le gouvernement restent pour l’instant bien timides au regard des attentes des populations. L’exemple de la réforme Peillon sur l’école est explicite. Le gouvernement ne propose pas de réel changement et de solutions pour résorber l’échec scolaire. Plus problématique, la signature du pacte budgétaire européen sans renégociation alors que le candidat l’avait annoncé plonge le pays dans une logique d’austérité et de récession. Enfin, le projet de retranscription dans la loi de l’accord « compétitivité-emploi » signé par le MEDEF et des organisations syndicales minoritaires remet en cause les droits des salariés. La loi de finance de 2013 est tout aussi inquiétante au regard des coupes sombres dans la quasi-totalité des budgets et notamment ceux des collectivités territoriales.

Lire la suite...

- page 2 de 7 -